• T.L.

Champion en Formule 1 et à Pau.


FORMULA.

Parmi les médailles qu'il faut accrocher à son palmarès pour arriver en Formule 1, peu sont les épreuves uniques, qui valent autant qu'un titre de champion. Macao en est un exemple, sans doute le plus connus d'ailleurs. En France, c'est le Grand-Prix de Pau qui tient ce rôle de monument du sport automobile mondial. Seul véritable circuit urbain Français encore en activité, sa légende n'est plus à écrire. Nombreux sont les pilotes célèbres à avoir inscrit leurs noms dans cette liste 5 étoiles des "Vainqueurs du Grand-Prix de Pau". Mais peu d'entre eux sont ensuite allé chercher le Graal de leur périple : le titre de Champion du Monde de Formule 1. En ce weekend qui aurait dû accueillir l'épreuve mythique, et mondialement reconnue, rendons lui hommage à notre manière.

Mesdames et Messieurs, je vous propose donc de vous plonger avec moi dans l'histoire du Grand-Prix de Pau, pour découvrir ou redécouvrir ces pilotes champions à Pau, et en Formule 1.

Juan Manuel Fangio.

Nous sommes en 1949, un an avant la toute première course de l'histoire de la Formule 1. Officieusement, la discipline existe déjà, les règles et les normes des véhicules étant les mêmes. Et c'est un Argentin, de 38 ans, qui se démarque cette année-là. A bord de sa Maserati 4CLT-48, exposée sur le circuit l'an dernier pour célébrer l'anniversaire de cette victoire, Juan Manuel Fangio s'impose en dominant de la tête et des épaules l'intégralité du weekend. Il réitérera sa performance l'année suivante, en Formule 1 cette fois-ci.

C'est encore l'année d'après que l'Argentin décroche son premier titre de Champion du Monde de Formule 1. Il enchaînera ensuite en 1954, 1955, 1956 et 1957.

Alberto Ascari.

Deux ans après les doubles succès de Juan Manuel Fangio, c'est au tour d'Alberto Ascari de s'illustrer. Double vainqueur également, d'abord en 1952 puis en 1953, il est le premier vainqueur de l'histoire du Grand-Prix, dans la catégorie Formule 2. Car oui, à cette époque, la Formule 1 déserte les rues Béarnaises. À bord de sa Ferrari 500, l'Italien domine, et contribue à son tour à l'écriture de la légende de l'épreuve.

Ce sont deux années dorées pour Alberto Ascari, qui décrochera ses deux titres de Champion du Monde les mêmes années.

Jim Clark.

On fait un bond dans le temps, et on se retrouve en 1961. À cette époque, la Formule 1 revient au programme du Grand-Prix. Et à cette époque, c'est Jim Clark qui s'empare de la victoire. C'est la première de sa série de quatre, qui fait de lui, le recordman de victoires à Pau. Il remporte donc l'épreuve une seconde fois en 1963, toujours en Formule 1. En 1964 et 1965, c'est en Formule 2 qu'il agrandit son palmarès. Pourquoi d'abord la F1, puis la F2 ? Tout simplement, il était fréquent de voir des pilotes rouler dans plusieurs catégories, et de différents niveaux. Formule 2 désignait alors le règlement appliqué autour de la voiture, et non un arbre de progression très RPG-like comme on a de nos jours.

Il remporte ses deux couronnes mondiales en 1963 et 1965. Encore des années glorieuses pour lui..

Jack Brabham.

Avant et après Jim Clark, il y a eu un vainqueur identique. Jack Brabham, alors en Formule 2 pour ses deux performances paloises, s'illustre en 1960 et en 1966. D'abord grâce à une Cooper, ensuite grâce à une.. Brabham !

L'Australien s'adjuge trois couronnes mondiales dans sa carrière. La première en 1959, puis en 1960 et enfin en.. 1966 ! On commence à croire que le Grand-Prix de Pau est un juge de paix..

Jackie Stewart.

On reste dans les mêmes années, et on file en 1968. Cette année-là, c'est un Écossais de 29 ans qui se fait remarquer, à bord de sa Matra de Formule 2. Jackie Stewart remporte l'épreuve, et continue de se faire un nom.

C'est l'année suivante qu'il concrétise une première fois, en remportant le titre de Champion du Monde de Formule 1. Il recommencera en 1971 et en 1973.

Jochen Rindt.

Mais en 1967, entre Brabham et Stewart, c'est une nouvelle fois un futur Champion du Monde qui s'adjuge le désormais prestigieux titre de Vainqueur du Grand-Prix de Pau. En 1967, 1969 et 1970, à bord d'une Formule 2, Jochen Rindt se hisse au second rang des recordman en terme de victoire ici. Il est à égalité avec Jean Behra et Maurice Trintignant, deux Français.

Il décroche, en 1970 aussi, son titre de Champion du Monde. Une nouvelle année dorée ? En théorie oui. En pratique, moins. En effet, Jochen Rindt trouve la mort à Monza le 5 Septembre 1970, à bord de sa Formule 1. Il reste à ce jour le seul Champion du Monde à titre posthume.

Lewis Hamilton.

On fait un dernier bond dans le temps. Et quel bond, puisqu'on saute 35 ans pour arriver en 2005. À cette époque, la Formule du Grand-Prix de Pau a bien changé, tout comme l'organisation des séries inférieures à la Formule 1. La Formule 3 est devenue, depuis le temps, un véritable révélateur de talents. En témoigne le vainqueur de cette année-là : Lewis Hamilton.

Il faudra attendre 3 années supplémentaires pour voir Lewis Hamilton décrocher un premier titre mondial. Depuis, le Britannique s'est inscrit comme l'un des plus grand pilote de tous les temps. Une fois de plus, Pau s'est révélé comme un révélateur de talents..

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook