• T.L.

Comme à la maison.


FORMULA.

Si le monde s'était bien porté, cette semaine aurait été synonyme de Grand-Prix de France. Cela aurait été l'occasion pour nous, fans de Formule 1, d'aller au Castellet, observer nos héros se battre pour la victoire. Ou.. juste observer une longue procession.. Cela aurait également été l'occasion, pour tout le monde du sport automobile, de célébrer l'anniversaire de la victoire d'Anthoine Hubert, à domicile, à la maison. En remportant sa course nationale, il est rentré dans un cercle très fermé. Aujourd'hui, nous allons zoomer sur ce cercle, et observer ces héros en leurs terres, depuis les débuts officiels de la Formule 1 en 1950, jusqu'à nos jours.

Mesdames et Messieurs, je vous propose donc de vous plonger avec moi dans l'histoire, pour découvrir ou redécouvrir les vainqueurs Français du Grand-Prix de France.

Jean-Pierre Jabouille.

Alors qu'il est en Formule 1 depuis 3 ans, Jean-Pierre Jabouille n'a jamais réussit à se hisser sur la plus haute marche du podium. À vrai dire, il n'a même jamais réussi à monter sur la moindre marche d'un podium en Formule 1. En 1979, à bord de sa Renault, le pilote Français signe la Pole Position sur le circuit de Dijon-Prenois, la deuxième de sa carrière. Il parcourra 46 des 80 tours de la course à la poursuite de Gilles Villeneuve, alors en tête. Lors de ce 47e tour, Jean-Pierre Jabouille prend la première place, pour ne plus jamais la quitter, dans une course qui verra un affrontement légendaire entre René Arnoux et Villeneuve.

Le Français remporte ici la première de ses deux victoires en Formule 1. Une première victoire pleine de sens, autant pour le pilote, que pour son équipe, puisqu'avec ce succès, Renault gagne pour la première fois de son histoire en Formule 1, en tant que constructeur, motoriste, et commence sa révolution du sport, avec son turbocompresseur.

Alain Prost.

Il ne faut pas attendre longtemps pour observer à nouveau un Français gagner à Dijon, sur une Renault. Il aura fallu une année de vide pour que le drapeau tricolore soit à nouveau dressé dans le ciel Franc-Comtois.

C'est donc en 1981 qu'Alain Prost, alors dans sa deuxième saison dans l'élite, profite d'une course folle pour aller chercher un succès à domicile. Dans des conditions très humides, pour ne pas dire trempées, Alain Prost est le plus rapide, malgré un aileron avant abîmé. Il se rapproche des hommes de tête quand le drapeau rouge est brandit, pour laisser passer l'orage. Quand le ciel est de nouveau clair, Le Professeur profite de son très bon départ pour s'envoler, et aller chercher la plus haute marche du podium.

Il remporte ainsi sa première victoire en Formule 1, et comme Jean-Pierre Jabouille, elle est à la maison, avec Renault. C'est la première des six victoires de Prost en France, sur les trois derniers circuits que la F1 a emprunté, à savoir Dijon-Prenois (1981), le Paul Ricard (1983, 1988, 1989 et 1990) et Magny-Cours (1993).

René Arnoux.

Dans cette belle époque qui voyait les Français triompher en Formule 1, René Arnoux était lui aussi de la fête.

Après deux premières victoires en 1980, René Arnoux ne parvient plus à remporter la moindre épreuve en deux ans. Il faudra attendre le Grand-Prix de France 1982, qui a migré depuis Dijon vers Le Castellet, pour qu'il remonte sur la première marche d'un podium. Auteur de la Pole Position, il mène la course les deux premiers tours, avant de perdre la tête. Il la récupérera à 30 tours du but, et ira chercher sa troisième victoire en Formule 1. C'est là aussi une double victoire Française, puisque c'est à bord d'une Renault qu'Arnoux s'impose.

C'est le résultat le plus Français possible, puisque René Arnoux est suivi de Prost, Didier Pironi, et Patrick Tambay. C'est aussi l'occasion pour Renault de fêter sa 10e victoire dans l'élite, en tant que constructeur, et en tant que motoriste.

Anthoine Hubert.

Impossible de parler des Français victorieux à la maison, sans aborder Anthoine Hubert. Bien que sa victoire ai été en Formule 2, sa tragique disparition et ce qu'il représentait méritait d'être parmi d'autres grands noms du sport automobile Français. Puis, un certain lien uni tous ces noms, celui de Renault.

C'est donc le Dimanche matin, alors que les équipes de Formule 1 se préparent à la course, qu'il s'élance du premier emplacement sur la grille. Sa 8e place de la veille lui assure une qualification, belle récompense pour sa remontée depuis la 15e place. Après un excellent départ, c'est une course tout en maîtrise que nous offre Anthoine. Et puis le drapeau à damier s'abat, délivrant le public, les drapeaux Français, et le jeune pilote. On a beau dire, et critiquer le public Français, dès qu'il est touché, il est capable de toucher. Et ces images, des tribunes debout, des drapeaux flottant aux quatre coins du tracé, sont belles. Aussi belle que celles d'Anthoine, bannière tricolore sur le dos, qui salue son public et monte sur le podium pour une Marseillaise pleine de fierté. Un podium qu'il partagera d'ailleurs avec Juan Manuel Correa..

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook