• T.L.

Débrief : Autriche 2021.


https://www.motorsportmagazine.com/articles/single-seaters/f1/orange-army-expectant-as-verstappen-sneaks-pole-2021-austrian-gp-qualifying
https://www.motorsportmagazine.com/articles/single-seaters/f1/orange-army-expectant-as-verstappen-sneaks-pole-2021-austrian-gp-qualifying

Un petit peu à l'image du Grand-Prix de Styrie, ce Grand-Prix d'Autriche fut intéressant, haletant, et surprenant, même si ce n'était pas un chef-d'œuvre. Et comme à l'image de son prédécesseur, c'est à la fin Max Verstappen qui l'emporte, devant deux moteurs Mercedes. Enfin, devant trois moteurs Mercedes...


Peu de surprises sur le vainqueur ce Dimanche. Max Verstappen aura, comme la semaine dernière, dominé de la tête et des épaules ce weekend. Il aura été le plus impressionnant, le plus rapide et le plus constant. Et pour la deuxième fois de la saison, il empoche le maximum de points, à savoir 26, grâce à sa victoire et à son meilleur tour en course. Il est d'ailleurs le seul à avoir réalisé cette performance cette saison. Cela lui permet de prendre encore un peu plus de marge sur son concurrent principal, Lewis Hamilton, qui a semblé dans le dur tout au long du weekend. Enfin, plus globalement, c'était Mercedes qui était dans le dur, sur un tracé qu'ils n'ont décidément pas réussi à dompter. Malgré tout, leur expérience parle, et ils limitent très largement la casse en terminant 2e et 4e. Et ironie du sort, juste après sa prolongation de contrat chez Mercedes, c'est le Britannique qui termine le plus loin, laissant son coéquipier toujours libre de volant l'an prochain se hisser sur le podium. Sergio Peréz a lui aussi eu un peu plus de mal, d'abord en qualification, où il a tout de même réussi à se rapprocher de son coéquipier, puis en course, alors que tout semblait pourtant parfait. A la lutte avec Lando Norris pour la deuxième place, il se fait sortir dans le gravier, et repars à la porte du Top 10. Le reste de sa course est très compliqué, avec un rythme difficile à retrouver, et surtout, deux pénalités pour des manœuvres similaires à celle dont il a été victime plus tôt durant l'épreuve...


Derrière ce quatuor, ce sont encore les McLaren qui se sont illustrées, et encore une fois de deux manières très différentes. Quand Daniel Ricciardo, ce weekend encore, n'a pas été en mesure de se hisser en Q3, son coéquipier s'est lui hisser au second rang, à moins d'un dixième de la pole position. Une performance maintenue en course avec une P3 au final, quand Ricciardo se rattrape un peu, en remontant au 7e rang. Dans tous les cas, cela reste une meilleure performance sur le plan comptable que Ferrari, principale équipe concurrente de McLaren. A vrai dire, comme le weekend passé, les deux voitures rouges étaient en difficulté, sur un tracé qui n'est pas du tout adapté à la philosophie de leur voiture. Cela s'est vu durant les Qualifications, où ni Leclerc, ni Sainz, ne s'est hissé en Q3. Mais comme pour la manche styrienne, c'est en course que les deux compères se sont rattrapés, en terminant hier aux 5e et 8e places.


Avec les quatre premières forces du plateau dans les points, cela ne laissait que deux petites places aux autres équipes du midfield pour tenter de scorer ce weekend. Et c'est, assez logiquement, Pierre Gasly et Fernando Alonso qui se sont invités dans le Top 10. Le Français réalise une encore très bonne qualification, en se plaçant sur la 6e position. Il est suivi de très près par son coéquipier, au 7e rang. Le lendemain, dans une course discrète mais terriblement efficace, Gasly tient son rythme, et termine là où sa voiture le lui permet : au 9e rang. Yuki Tsunoda est lui plus en difficulté, notamment avec l'entrée des stands qu'il coupera à deux reprises, lui coûtant deux fois 5 secondes de pénalités... Le dernier scoreur est donc Fernando Alonso. Nando aura, comme à son habitude, tiré plus de sa voiture que ce qu'elle est capable de produire. Parce que qu'on se le dise... Cette Alpine, en course, est une véritable charrette... Depuis deux semaines en tout cas... Et ce n'est pas un Esteban Ocon dans une spirale négative qui dira le contraire... Éliminé dès la Q1, le Français doit abandonner après trois virages seulement, à cause d'un léger contact malheureux qui lui casse sa suspension avant droite. Le reste du midfield aura été relativement calme et discret : Aston Martin n'a quasiment pas été à l'antenne de la course, Alfa Romeo à peine plus. Seul l'accident du dernier tour entre Räikkönen et Vettel aura été notable pour les spectateurs par rapport à ces équipes-là.


Ne parlons pas de Haas et de Latifi, qui ont conclu un weekend on ne peut plus habituel, hors des points, et loin du rythme d'y entrer. On ne peut cependant pas en dire de même de George Russell qui, jusqu'à trois tours de la fin, tenait son précieux point ! Inévitablement il le perd au profit de Alonso, mais c'est encore une fois un échec pour le Britannique qui avait réalisé un weekend parfait, en se hissant en Q3, et en pneus Mediums, puis en restant dans le rythme et dans les points jusqu'à la toute fin. Une 11e place au goût amer...


Qui a le plus perdu ?

Lewis Hamilton. Il est encore tôt, et tant de choses peuvent se jouer avant l'ultime drapeau à damier de la saison, mais hier, je pense que c'est le titre qui a échappé à Lewis Hamilton. Loin du rythme de Verstappen, le Britannique et son équipe avaient réussi, comme en Autriche, à se coller derrière et à ne pas perdre trop de points. Mais après un passage un peu trop agressif sur un vibreur, la voiture de Sir Lewis Hamilton est endommagée, et sa vitesse en est nettement impactée. Terminer à la 4e place, quand Verstappen de son côté semble incapable de faire des erreurs, et récolte en plus le maximum de points, c'est très compliqué... L'écart s'agrandit entre les deux premiers pilotes au classement, et comme prévu, ce duo de courses autrichiennes aura été importantissime pour Verstappen et Red Bull.


Qui a le plus gagné ?

Lando Norris. Son weekend est tout simplement parfait. A quelques millièmes de sa première pole position en Formule 1, il n'est pas non plus passé très loin de mener un Grand-Prix. Son départ est excellent, et force Max Verstappen à directement se décaler pour défendre. Sa gestion de course ensuite est très bonne, et malgré une manoeuvre limite, qui lui coûtera 5 secondes de pénalité, il n'a pas été atteint moralement. Bien au contraire même, puisqu'il remonte très fort sur le duo de Mercedes, double sublimement Lewis Hamilton, avant d'échouer à un peu plus d'une seconde de Valtteri Bottas. Pour Lando Norris, c'est une prestation de très haut rang, qui confirme sa très bonne forme cette saison, et la très bonne forme de son équipe.


En bref.

+ Du spectacle, en qualifications et en course !

+ Les belles surprises Lando Norris et George Russell.

+ La direction de course qui prend ENFIN ses responsabilités, en temps, et en heure.


-- Des manœuvres trop limites.

-- Le contraste Ocon/Alonso et Ricciardo/Norris.

-- La pluie promise deux semaines de suite, et absente des radars.

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook