• T.L.

Débrief : Azerbaïdjan 2021.


https://www.https://www.eurosport.fr/formule-1/grand-prix-d-azerbaidjan/2021/enorme-coup-de-theatre-max-verstappen-red-bull-abandonne-a-4-tours-de-la-victoire_sto8359670/story.shtml.fr/formule-1/grand-prix-de-monaco/2021/max-verstappen-red-bull-s-impose-a-monaco-pour-la-premiere-fois-et-prend-la-tete-du-championnat_sto8332962/story.shtml
https://www.eurosport.fr/formule-1/grand-prix-d-azerbaidjan/2021/enorme-coup-de-theatre-max-verstappen-red-bull-abandonne-a-4-tours-de-la-victoire_sto8359670/story.shtml

Par où commencer..? Ce weekend azéri aura été, une fois de plus, un weekend animé, spectaculaire, et que l'on retiendra tous. Après une première étape clivante le Samedi, où l'on est extrêmement surpris des résultats et impatient pour le lendemain, et où, paradoxalement, on reste sur notre faim, Dimanche aura su rassasier notre appétit. La faute, notamment, aux pneus de Pirelli, une nouvelle fois au centre des discussions..


Et ce n'est pas Max Verstappen qui va se taire à ce sujet.. En tête du Grand-Prix après les arrêts aux stands, il mène une seconde partie de course parfaite, en alternant entre performance et gestion. Avec son coéquipier juste derrière, on se dit alors que la victoire est assurée pour le Néerlandais, qui enchaîne meilleurs tours sur meilleurs tours après la première Safety Car (on y reviendra..). Mais c'était sans compter les pneus Pirelli, qui ont décidé, ce weekend, d'être utilisable moins longtemps que prévu. C'est après 32 tours sur sa gomme que le pneu arrière gauche de Mad Max éclate, l'envoyant violemment dans le mur en pleine ligne droite, à plus de 300km/h. Un choc impressionnant, mais plus de peur que de mal. Enfin, physiquement.. Parce que niveau moral, Verstappen perd 26 points quand Lewis Hamilton en marquerait alors au moins 18. En théorie oui, mais en pratique.. Cette violente sortie de piste provoque un drapeau rouge, et une relance pour.. 2 tours. Sergio Perez en tête, Lewis Hamilton second, l'ordre change pendant quelques mètres, puis une erreur de manipulation sur le volant du Britannique le prive de ses freins pour le premier virage. Il repart dernier, et ne marquera aucun point. C'est donc Perez qui s'impose, au terme d'une course folle. Et Valtteri Bottas dans tout ça ? Bon.. Il termine 12e. A la régulière. Oui.


Derrière ce tumultueux duo, c'est Ferrari qui s'est démarquée le Samedi, grâce à Charles Leclerc, offrant à l'équipe sa seconde pole position consécutive. Un tour assez phénoménal en qualification, encore une fois sauvé par un accident en fin de séance, mais cette fois-ci, pas de son propre chef. Carlos Sainz est lui aussi dans un très bon rythme, en qualification d'abord, puis en course, contrairement à Leclerc qui peine à maintenir sa monoplace au sommet face aux ogres Mercedes et Red Bull. Mais une petite erreur de l'Espagnol lui fait perdre du temps, et de la performance dans les pneus. Dommage. C'est tout de même une quatrième place pour le Monégasque, qui permet à son équipe de bien figurer, au contraire de McLaren. La voiture aura été rapide, correcte tout le weekend, mais sans réellement se détacher du lot. Même si les deux monoplaces terminent derrière les deux Ferrari (Norris P5 et Ricciardo P9), cela reste une mauvaise performance pour une équipe qui cherche à terminer troisième force du plateau.


Finalement, c'est Alpha Tauri qui, comme à Bahreïn, s'impose comme une solide troisième force, tout en profitant des incidents de course. Bien plus en forme que sur les derniers rendez-vous, Yuki Tsunoda offre un bon weekend dans l'ensemble, si l'on enlève ses interventions radios, trop virulentes au vu de ses performances.. Surtout quand l'on voit les miracles qu'effectue Pierre Gasly ! Quatrième en qualification, il reste ancré à une solide 5e/6e position en course. À la relance de la seconde interruption de course, il est 4e, et profite de la bévue d'Hamilton pour se hisser sur la troisième marche du podium. Il tient tête à un Leclerc très déterminé et opportuniste, mais notre Pierrot national reste solide et signe son troisième podium en trois ans. L'autre surprise de ce podium, c'est le second : Sebastian Vettel ! Avec un rythme de course incroyable du début à la fin, lui et son équipe auront réussi à mettre en place une stratégie plus que gagnante. Et en tant que fan de Formule 1, c'est un plaisir de revoir Sebastian Vettel sur le podium. Aston Martin aurait même pu gagner très gros, avec Lance Stroll, lui aussi sur une stratégie folle, mais au 30e tour, quelques mètres avant Max Verstappen, son pneu arrière gauche explose lui aussi. Un accident, là encore très violent, qui heureusement ne cause pas de blessure. Il aura effectué 29 tours sur sa gomme dure, quand Verstappen en aura fait 32. Les estimations de Pirelli permettaient au pilote d'en faire jusqu'à 40.. Bon..


Encore un peu derrière, c'est Alfa Romeo qui s'illustre, avec un petit point glané par Kimi Räikkönen. Il rejoint le club des pilotes scoreurs cette saison, et laisse donc les deux Haas et les deux Williams dans celui des pilotes vierges de points. Antonio Giovinazzi est lui aussi bien placé, puisqu'il termine juste derrière. Cela fait un bon résultat pour l'équipe qui, depuis le début de la saison, se bat pour les points mais peine à y rentrer. Bon, on est obligé de parler d'Alpine, et de la magnifique 6e place de Fernando Alonso ! Esteban Ocon est lui contraint d'abandonner dès le début de la course, pour un problème mécanique. C'est dommage quand l'on voit le rythme de l'Espagnol, qui présageait d'un bon résultat groupé pour les voitures françaises.


Enfin, Williams et Haas au fond de la grille restent fidèles à eux-mêmes. Deux voitures lentes, difficiles à conduire, qui ne font pas d'étincelles, ou pas volontairement dira-t-on..


Qui a le plus perdu ?

Mercedes. C'est assez évident qu'au lendemain de ce weekend de course, le bilan comptable de Mercedes est terrible.. Bottas est très loin tout le weekend, à peine qualifié 10e, il stagne en course avant de dégringoler à la première relance, jusqu'à la 15e place. Un petit sursaut d'orgueil le pique pour remonter un peu, mais c'est nettement insuffisant.. Du côté d'Hamilton, c'est un ascenseur émotionnel terrible. On pense à un très bon résultat à la suite de l'abandon de Verstappen, puis à une victoire pendant quelques secondes, puis on retombe dans la détresse dès le premier freinage du second départ. Mercedes termine la course, mais ne marque aucun point ce weekend, une première depuis 2012. Rendez-vous compte. Ils laissent Red Bull s'échapper un peu plus au Classement des Constructeurs, grâce à la victoire de Sergio Perez, et manquent une chance de reprendre la tête du Classement des Pilotes. Il ne faudrait pas pour eux que cela soit le début d'une spirale négative..


Qui a le plus gagné ?

Sebastian Vettel. C'est assez fou de voir Sebastian Vettel sur un podium de Formule 1 en 2021, quand l'on connaît le véritable niveau de performance de son Aston Martin comparé au reste du plateau. Mais ce weekend, le mot d'ordre aura été « exceptionnel » : course exceptionnelle, circonstances exceptionnelles, pilotage exceptionnel, pilote exceptionnel, résultat exceptionnel. Aussi bien dans le sens figuré et magique, que dans le sens propre et unique, ce résultat est exceptionnel. Il y a peu de chance de le revoir à ce niveau-là, du moins cette saison, alors profitons.


En bref.

+ Les sublimes performances de Sebastian Vettel et de Pierre Gasly.

+ La lutte au sommet, à 6 en qualifications, et à 3 en course.

+ La victoire de Sergio Perez.


-- Le cas Pirelli, qui aura mis deux pilotes en grand danger, et qui aurait pu blesser beaucoup de monde.

-- Mercedes qui repart de Bakou perdant, comme à Monaco.

-- Encore une séance de qualification prometteuse qui s'arrête prématurément..

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook