• T.L.

Débrief : France 2021.


https://fr.motorsport.com/f1/news/pari-strategique-verstappen-recompense/6590145/
https://fr.motorsport.com/f1/news/pari-strategique-verstappen-recompense/6590145/

Contre toute attente, ce weekend au Paul-Ricard aura été on ne peut plus animé ! Entre des qualifications mouvementées et serrées, des interrogations autour de potentielles averses, des pneus incompréhensibles qui compliquent les stratégies, et de la bataille à tous les niveaux, les deux précédentes éditions, chiantes comme la mort, sont bien loin..!


Ce retour sur un tracé plus conventionnel aurait dû être salvateur pour Mercedes, très en difficulté sur les deux derniers tracés urbains. Mais.. Forcé de constater que ce ne sont plus les Allemands qui font la loi, mais bel et bien leurs voisins Autrichiens ! Pole position, victoire et meilleur tour, avec la meilleure stratégie en prime, Red Bull aura tout raflé ce weekend ! Non sans l'aide précieuse de ses deux pilotes. Sergio Pérez d'abord, qui parvient à se coller à son groupe de tête de Qualifications, avant d'être auteur, comme très souvent, d'une course exemplaire lui permettant de se hisser sur la dernière marche du podium. De son côté, Max Verstappen impressionne de rapidité et de constance.. Seul pilote à passer sous la barre des 1:30.000 le Samedi, c'est aussi celui qui aura le mieux géré ses gommes et son agressivité le Dimanche. Malgré ce pic de forme, il peut remercier Mercedes, qui se sera compliqué la tâche à plusieurs reprises.. Lors des premiers arrêts, en laissant Hamilton en piste un tour de trop, lui faisant perdre la tête de la course, puis lors des seconds arrêts, en n'écoutant pas ses pilotes et en les laissant en piste quand Verstappen et Red Bull tentait un arrêt supplémentaire, comme Mercedes l'avait fait en Espagne. Malgré tous ces bâtons mis dans ses roues, Lewis Hamilton nous offre une encore très belle prestation, avec une voiture qui semble ne plus dominer le plateau. Avec des pneus durs usés, il parvient à maintenir Verstappen à environ 5 secondes d'écart pendant quelques tours, avant que le Hollandais ne fonde sur lui. Il ne peut pas résister, dans l'avant-dernier tour, et laisse s'envoler une victoire qui restait encore possible si.. (je vous laisse deviner de qui je vais parler).. son coéquipier l'avait aidé un peu plus. Bottas n'aurait pas résisté face à Verstappen, c'est évident. Cependant, Bottas aurait pu embêter le Néerlandais, pour le retarder, et permettre à son équipe de l'emporter. Il aura tenu un tour avec une Red Bull sous la seconde, avant de commettre une erreur classique pour lui : craquer sous la pression, bloquer les roues, et laisser passer son poursuivant. Je ne vais pas réellement m'étendre sur le sujet, mais je pense sincèrement que c'est l'année de trop pour Bottas qui, de plus en plus, saison après saison, me conforte dans l'idée qu'il serait un excellent pilote d'endurance, mais qu'il n'est pas fait pour la Formule 1.


Bon, derrière ce quatuor de tête, difficile de se faire remarquer ! C'est pourtant ce qu'on fait McLaren et Ferrari, pour deux raisons bien différentes. Les premiers auront démontré que la McLaren est la troisième force du plateau, sans réel doute. La voiture est rapide en qualification, sans être incroyable, mais dispose d'une facilité déconcertante en course. En témoigne les nombreux dépassements de Norris et de Ricciardo, dont certains étaient loin d'être faciles ! C'était en revanche bien plus compliqué pour Ferrari, qui avait pourtant donné tant d'espoirs aux Tifosis après la journée du Samedi.. Qualifiés P5 et P7, Carlos Sainz et Charles Leclerc dégringolent respectivement aux 11e et 16e rangs.. Une énigme pour les Rouges qui pensaient pouvoir obtenir un bon résultat, surtout après les premiers arrêts, quand Leclerc ressortait devant Gasly et potentiellement les deux McLaren.


En parlant de Pierre Gasly, c'est lui qui vient se coller aux deux voitures orange. Une fois de plus, il exploite pleinement une voiture qui semble terriblement bien née. Parti de la 6e place, c'est donc à la 7e qu'il termine son Grand-Prix, à quelques mètres de revenir à sa position initiale. Ce fut un weekend bien plus difficile pour son coéquipier, parti dans le mur en Qualification. Oui oui. Au Castellet. Et c'est la troisième fois en trois séances de qualifications pour Tsunoda, qui doit commencer à avoir les oreilles qui sifflent.. Il se rattrape tout de même pas trop mal le lendemain, avec une belle remontée depuis les stands, puisqu'il termine 13e. Fernando Alonso aussi doit être satisfait de sa course, en terminant à une belle 8e place. Avec une voiture qui perd tellement de rythme en course, l'Espagnol aura réussi, comme il en a le secret, à surclasser sa voiture. Ce fut plus compliqué pour Esteban Ocon, 14e à l'issue des 53 tours de course. Décidément, c'est compliqué pour lui au Castellet.. Mais dans tout ça, ceux qui peuvent être aux anges, ce sont très certainement les deux Aston Martin qui, encore une fois, viennent gratter des points grâce à une stratégie de très haut niveau. C'est bien évidemment aidé par les pilotages de Stroll et de Vettel, leurs dépassements et leurs rythmes, mais une fois de plus, Aston Martin montre à tout le monde qu'ils sont peut-être ceux qui ont le mieux compris leur voiture pour le moment.


Derrière, pas trop de choses à dire, si ce n'est que les deux Alfa Romeo ont été un poil décevantes, nulle part du Vendredi matin au Dimanche soir. Tout comme Haas, qu'on ne présente plus. Cependant, il est important de noter la très belle 12e place de George Russell, à la régulière, qui vient marquer de très gros points auprès de Mercedes dans l'idée d'obtenir le volant de Bottas pour l'an prochain !


Qui a le plus perdu ?

Ferrari. En arrivant en France, les attentes des Rouges n'étaient pas spécialement très hautes : ils s'attendaient à un retour à la « normale », dans le midfield, sur un circuit qui ne favorise pas du tout les atouts de la monoplace, puisqu'il comporte de très nombreux virages rapides en appui. Mais après les Qualifications, on était en droit de se demander si finalement, cette voiture n'était pas capable de jouer gros en France ! Partis 5e et 7e, les deux Ferrari se montrent rapides et constantes dans la première partie de la course, avant de profiter d'un undercut surpuissant, qui les positionne alors excellemment bien pour continuer sur leur belle lancée ! Mais le retour a la réalité est rude quand les deux monoplaces perdent du rythme.. Des pneus Hard inutilisables après seulement une petite quinzaine de tours, une monoplace sur des œufs, une balance très moyenne, et des questions qui restent sans réponses, plongent les deux voitures dans le bas du classement. Leclerc termine à une lointaine 16e place, quand Sainz perd les points à quelques tours de la fin, en glissant au 11e rang. Espérons du mieux pour la Scuderia en Autriche, un circuit qui leur avait réussi l'an dernier en matière de performances.


Qui a le plus gagné ?

Red Bull. Au-delà d'une victoire, gagner au Paul-Ricard signifie que cette équipe peut gagner n'importe où. La voiture est rapide, stable, et agile. Elle se démarque dans les tracés urbains comme dans les tracés ultra-rapides. Cette victoire est donc un immense coup au moral de l'adversaire, pour cette raison, mais aussi un coup d'avance pour le reste de la saison. En effet, les deux prochaines courses sont en Autriche, au Red Bull Ring, sur un tracé qui réussit idéalement à l'équipe locale. Deux très grosses performances là-bas seraient quasi-synonyme de titre mondial, au moins au niveau des Constructeurs. Un Max Verstappen stratosphérique, et le Hollandais peut même se positionner idéalement pour le titre des Pilotes. En bref, cette victoire en France est un coup de maître, puisque cela peut être la première étape d'un enchaînement de coups portés à Mercedes.


En bref.

+ Un Grand-Prix animé et passionnant à tous les niveaux.

+ Aston Martin qui montre à tout le monde comment créer des stratégies efficaces.

+ Le retour du public, très apprécié autant sur le plan visuel que sonore !


-- Les gommes Pirelli qui restent une énigme.

-- Ferrari en grande souffrance qui perd gros.

-- Un Valtteri Bottas trop perméable à la pression. Traditions. (Faut avoir vu Drive to Survive pour celle-là..)

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook