• T.L.

Débrief : Imola 2021.


https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210418-f1-max-verstappen-red-bull-remporte-un-gp-d-%C3%A9milie-romagne-mouvement%C3%A9
https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210418-f1-max-verstappen-red-bull-remporte-un-gp-d-%C3%A9milie-romagne-mouvement%C3%A9

Bon.. Par où commencer ? Encore une fois, on a eu une course totalement folle. Des essais libres très agités, aux qualifications disputées, en terminant par une course rocambolesque aux conditions météos instables, tout était réunis pour faire de cette édition 2021 du Grand-Prix d'Imola un Grand-Prix incroyable. Et ce fut le cas en de très nombreux points.


Forcément, la lutte la plus attendue du weekend concernait Red Bull et Mercedes. Enfin.. Verstappen et Hamilton. Après un weekend inaugurale à l'avantage de Lewis, Max est venu frappé fort ce weekend, en revenant à un petit point du Britannique. Clairement, à Imola, c'est Verstappen qui sort gagnant, même si Hamilton prend la pôle, le meilleur tour, et offre une remontée totalement folle en seconde partie de course. Le Hollandais reprend son dû de Bahreïn, avec une manœuvre autoritaire dès le premier virage, et une course très solide, sans fautes, enchaînant les meilleurs tours jusqu'à (presque) la fin.


Leurs deux coéquipiers semblent d'ores-et-déjà mis de côté dans cette lutte. Sergio Perez a cumulé malchance et fautes de pilotage, pour transformer une première ligne en une quatrième place, puis en une sortie des points.. Mais le Mexicain montre qu'il sait rouler vite, et qu'il peut maîtriser cette fameuse deuxième Red Bull, qui pose tant de soucis à ses pilotes. Valtteri Bottas, lui, continue de tendre tous ses doigts pour qu'on les lui tape. Qualification manquée, il s'élance 8e, puis rétrograde à la 10e place. Il bute sur Stroll, qu'il passe au jeu des arrêts, avant de se refaire doubler.. Il finira sa course dans le mur, alors qu'il allait se faire doubler par la Williams de George Russel, à la régulière. Oui.


Dans le milieu, on avait hâte de voir ce que McLaren et Ferrari allaient faire. Autant dire qu'on a pas été déçu ! Lando Norris a présenté une copie quasi-parfaite, avec un weekend rapide, propre et sérieux, récompensé par un podium un peu chanceux, certes, mais amplement mérité. Son coéquipier était quant à lui plus loin, pas dans le même rythme. Une différence qui ne s'est pas autant vu du côté de chez Ferrari, qui vient aligner ses deux voitures aux 4e et 5e rangs. Un résultat très positif pour une écurie qui retrouve du rythme par rapport à une saison 2020 douloureuse.


Comme à Bahreïn, les AlphaTauri étaient au rendez-vous. En qualif. Le rythme est là, et il est même très fort. Mais encore une fois, c'est la course qui pêche.. Une stratégie désastreuse pour Gasly, une fougue trop présente pour Tsunoda, et une 7e place au final pour le Français quand le Nippon termine plus loin, écopant d'une pénalité pour avoir franchit les limites de pistes à plusieurs reprises. On ne sait toujours pas ce qu'il se passerait sur une course "normale", à la régulière, mais il y a du bon pour l'équipe Italienne, qui montre de belles ambitions.


De son côté, Alfa Romeo pouvait faire de belles choses. Et.. C'était pas mal du tout ! Même si la qualification était très poussive, et à la limite de l'acceptable, la course s'est bien mieux passée, et Räikkönnen a réussit à placer la voiture dans les points. Jusqu'à 21h hier, où il a été pénalisé de 30 secondes, le plaçant bien loin de ces points précieux.. Giovinazzi aurait lui aussi pu terminer dans les points avec des circonstances plus en son avantage. Un très bon bilan pour Alfa Romeo en tous cas.


Enfin, dans le fond de la grille, peu de surprises. Les Haas sont à la ramasse complètement, de A à Z, rien n'est à garder sur cette voiture. Les deux pilotes ont commis des erreurs, plus ou moins graves, plus ou moins à cause de la voiture. L'autre équipe de fond de grille, Williams, est passé à un rien de réussir quelque chose avec Russel. Latifi, lui, s'est planté tout seul comme un grand, dans un accrochage spectaculaire mais sans gravité.

Qui a le plus perdu ?

George Russel. Imola semble être la bête noire du Britannique. L'an dernier, 10e, il se sort sous Safety-Car. Cette année, c'est dans un nuage de carbone et de polystyrène que sa course se termine. Là encore, quand il était dans la lutte pour les points. Une manœuvre qui ouvre un gros débat sur le possible fautif, si il y en a un. Que ce soit un écart de Bottas, un dépassement audacieux de Russel, un mélange des deux, ou un fait de course malheureux, le résultat est le même : 0 pointé pour Williams et pour Russel, qui passe encore à côté de ses premiers points.

Qui a le plus gagné ?

Ferrari. On attendait du mieux de Ferrari ce weekend, mais à ce point ? Pas sûr. En fait, même si l'équipe va bien mieux, et que les performances pouvaient être intéressante à Imola, on ne s'attendait clairement pas à les voir jouer le podium, et encore moins à se hisser 4e et 5e. Pourtant, rien n'a été simple, avec des sorties de piste des deux pilotes, des difficultés à faire marcher la voiture par moment, etc. Au final, c'est même un peu cruel qu'aucune des voitures rouges n'ai pu monter sur le podium, surtout quand l'on voit Leclerc, à la relance du drapeau rouge, titiller Verstappen pour la première place.

En bref.

+ Le halo qui sauve Bottas et Russel de graves blessures.

+ Max Verstappen impérial, qui scelle une lutte promise avec Hamilton.

+ Ferrari, très en forme à la maison.


-- Alpine, loin de ses attentes. Encore.

-- L'inconstance malheureuse d'AlphaTauri.

-- La FIA qui change les résultats plus de 4h après la fin de la course.

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook