• T.L.

Débrief Juniors : FIA F2.


https://www.highwayf1.com/news/2021/12/5/oscar-piastri-within-reach-of-fia-formula-2-title-after-race-two-victory-in-jeddah
https://www.highwayf1.com/news/2021/12/5/oscar-piastri-within-reach-of-fia-formula-2-title-after-race-two-victory-in-jeddah

Sur un tracé ultra rapide, technique et où la bravoure est nécessaire, pour de très nombreuses raisons, pas toutes positives, les 20 pilotes qui composent cette grille de Formule 2 avaient de quoi nous offrir du spectacle. Mission réussie. Le seul souci, c'est que c'était un mélange entre un bon et un bien triste spectacle.


La faute à un circuit sur lequel personne ne semblait en mesure d'assurer un travail de qualité. Et je ne parle ni des équipes, ni des pilotes. Ceux que je pointe du doigt dans un premier temps, ce sont les commissaires. Alors pour leur défense, ces derniers n'ont eu que peu de formations, et ont dû être accompagnés de commissaires de Bahreïn dans leurs tâches. Mais forcé de constater que ce n'était clairement pas au niveau de la Formule 2. Avoir un drapeau rouge pour chaque incident relève, à un tel niveau de compétition, d'un gag. Aucune grue (oui je l'ai déjà dit hier), des délais bien trop longs, et surtout, des équipements inadéquats aux risques encourus par ces hommes (et peut-être ces femmes). Sans parler d'une Direction de Course à la ramasse, qui se laisse le droit de lancer des voitures en piste alors que des barrières sont encore en travaux, et qui nous aura offert une course longue de seulement 6 petites minutes. Course que l'on a pensé annulée d'ailleurs, comme les équipes, quand l'affichage officiel annonçait qu'il n'y aurait pas de Course 3... Avant que l'on annonce que c'était une fausse manipulation, et que le départ était juste repoussé...


Paradoxalement, ce manque de sécurité n'a porté préjudice à personne. Certes il y a eu un grave accident au départ de la Course 3, mais le circuit n'est en rien le problème. Cela aurait pu arriver partout, et à n'importe qui. D'ailleurs, quelques nouvelles parviennent au moment de la rédaction de ces lignes concernant les deux pilotes impliqués. Théo Pourchaire va bien. Il se plaint de douleurs musculaires, mais a été conscient tout du long, et a pu sortir de l'hôpital. Il ne sait pas encore s'il pourra être là pour la dernière manche ce weekend, mais comme plus tôt dans l'année (décidément ce petit n'a pas de chance...), sa détermination n'est plus à prouver. Pour Enzo Fittipaldi, c'est un poil plus délicat, les nouvelles n'arrivant que tard dans la nuit de Dimanche à Lundi de la part de Pietro Fittipaldi. Enzo s'est quant à lui exprimé dans la journée de Lundi. Il a le talon cassé, des coupures et des contusions. Son visage est marqué, en témoigne un œil gauche violet et gonflé. Mais le principal est là : les deux pilotes vont bien.



Bon, et sinon sportivement, qu'est-ce qui s'est passé à Jeddah ? Eh bien beaucoup de choses... Déjà, Oscar Piastri s'est quasiment assuré du titre. En contraste avec un weekend désastreux (et très malchanceux) de la part de Guanyu Zhou, l'Australien aura brillé pour s'imposer sur deux des trois courses du weekend. Un rythme de malade, une gestion de course parfaite (en sprint, parce qu'on a eu que ça ce weekend), Oscar Piastri est au-dessus du lot, et le prouve. Et je suis même un peu déçu de le voir s'imposer avec autant de classe, puisqu'il ne pourra pas être sur la grille l'an prochain, et que sa place, qui doit pourtant être en Formule 1, ne le sera pas. Et paradoxalement donc, c'est Zhou qui réalise un très mauvais weekend. Et tout s'est compliqué dès la Course 1, quand il percute une monoplace devant lui en tentant de doubler, ce qui crée une réaction en chaine et qui oblige à la voiture qui le suivait de le percuter également. Résultat, le Chinois repart dernier, et se gâche deux courses sur trois. La dernière ne pourra pas être plus intéressante vu sa très courte durée, qui ne permet pas à quiconque de véritablement remonter ou doubler.


Et tout ça profite à Robert Shwartzman qui s'empare par la même occasion de la place de dauphin au classement des pilotes. Un weekend très solide de la part du Russe, avec deux podiums et une P5 pour ce qui est des courses, et une P2 en Qualifications le Vendredi. Tout ça mis bout à bout permet à Prema de s'emparer de la couronne de Champion des Équipes, au terme d'une saison où la concurrence n'aura pas été aussi régulière qu'eux. Et d'ici Dimanche, c'est le titre de Champion des Pilotes qui devrait également venir se loger dans leur salle des trophées.


Autre très belle prestation ce weekend : notre Théo Pourchaire national ! On l'a déjà évoqué au-dessus. Ses plus belles chances étaient Dimanche, pour la course principale, mais tout a été balayé sans même qu'il puisse faire bouger sa voiture du moindre centimètre. En effet, sa ART refuse de démarrer, il cale, et dans ces conditions, le risque est qu'un pilote ne puisse pas l'éviter. C'est ce qui s'est passé avec Enzo Fittipaldi. Mais avant tout ça, le Français avait déjà connu une mésaventure. En Course 1, alors qu'il attaque pour se maintenir au wagon de devant lui, il pousse sa monoplace un poil trop à la limite, et s'en va percuter le mur au même endroit, et de la même façon que Charles Leclerc et Mick Schumacher en Formule 1, et que Logan Sargeant, le Vendredi en F2. Résultat des courses, il doit partir au fond de la grille pour la Course 2. Ce qui ne l'empêche pas de remonter P6... C'est dommage pour Théo qui avait le rythme, et qui aurait pu marquer de très gros points dans l'optique d'arriver sur le podium en fin de saison.


Et c'est Dan Ticktum qui prend cette place, et qui met la pression à Zhou pour conserver sa troisième place au classement général. Pas de résultats brillants pour le Britannique ce weekend, mais suffisamment de points pour revenir à moins de 10 points du Chinois. Même si leurs deux avenirs respectifs sont joués, l'honneur de terminer sur le podium sera au centre de leurs weekends à Abu Dhabi.


Ce weekend, c'était également l'occasion de voir en piste quelques petits nouveaux : Olli Caldwell, Jack Doohan, Logan Sargeant, et Clément Novalak. Pour le premier, c'est un weekend dans l'anonymat le plus complet. Pas de bonnes performances, pas d'accident, pas de manœuvres, rien. Il a le mérite d'avoir terminé les trois courses au moins. Doohan aura été le plus réaliste, puisque le seul à inscrire des points. Lors de la Course 2, il termine P5, avec un meilleur temps à seulement 2 dixièmes de celui de Piastri. Une performance XXL de sa part. Les deux autres courses sont bonnes, sans être étincelantes. Son coéquipier, Clément Novalak, aura lui aussi eu un bon rythme tout le weekend, sans pourtant réussir à concrétiser. Il manque complètement son départ en Course 2, bloque les freins, perds la voiture, et cause un accident. Pour la Course 3, il cale lui aussi, mais pour le tour de formation, ce qui lui permet de partir des stands. Forcément, le délai était trop court pour faire quoi que ce soit. Finalement, sans marquer de points, celui qui a impressionné par ses quelques dépassements audacieux, c'est Logan Sargeant. Si l'on enlève sa sortie de piste en essais, et sa présence dans l'un des nombreux cartons de la Course 2, son weekend est bon. Avec la pire équipe du plateau on le rappelle. Des prestations encourageantes pour ces quatre jeunes loups, qui n'auront pas été les ridicules.


Sans trop remuer le couteau dans la plaie, c'est plutôt ceux de d'habitude qui se sont démarqués à ce niveau-là... Samaia, avec un bilan impressionnant de trois abandons sur trois possibles, et un combo avec Deledda qui lui aussi aura réalisé un weekend digne des meilleurs, si l'on se fixe à l'adage « Les premiers seront les derniers ». Bref, des noms que l'on espère ne plus voir en 2022, mais bon...



En bref.

Qualification – Pole position de O. Piastri.

| T. Pourchaire P3.

Course 1 – Victoire de M. Armstrong, suivi de L. Lawson et de J. Vips.

| T. Pourchaire DNF.

Course 2 – Victoire de O. Piastri, suivi de B. Viscaal et de R. Shwartzman.

| T. Pourchaire P6.

Course 3 – Victoire de O. Piastri, suivi de R. Shwartzman et de R. Boschung.

| T. Pourchaire DNF.


+ Oscar Piastri impérial. Pas Champion mathématiquement, mais presque.

+ Des rookies performants. De quoi avoir l'eau à la bouche pour 2022.

+ Un weekend très sympa à suivre...


– ... malgré beaucoup trop d'incidents, de Safety Car et de drapeau rouge.

– A l'image de Hamilton et Verstappen en F1, Samaia et Deledda sont sur leur propre planète en F2. Mais pas la bonne.

– Une Course 3 gagesque au possible. Seulement 20 minutes de prévues, avec un arrêt au stand obligatoire. Des erreurs dans les affichages de la FIA. Une reprise arrêtée au bout de 6 minutes, qui ne repartira jamais. A oublier.


Vers Pré-Grille

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook