• P.W.

Débrief Juniors : W Series


https://twitter.com/superlicenca/status/1408824930641326094?s=20
https://twitter.com/superlicenca/status/1408824930641326094?s=20

En arrivant en Autriche, on avait extrêmement peu de certitudes sur la hiérarchie des W Series. Quel serait le niveau de certaines pilotes n’ayant presque pas roulé en compétition depuis 22 mois et la dernière course de W Series ? Et quid des rookies venant de la Formule 4 ? Lors des essais libres du vendredi, sous un grand soleil, les têtes d’affiche de la saison 2019 se sont montrées à la fête en tout cas. Quatre Britanniques et Beitske Visser trustaient le Top 5. Les redoublantes ont donc pris part aux qualifications du vendredi après-midi, avec un petit plus de confiance.

Tout le monde a les yeux rivés vers le ciel. C’est le débat depuis le début de la semaine : pleuvra-t-il ce weekend pour le GP de Styrie de Formule 1 (et donc pour les W Series) ? Le ciel est menaçant. Des nuages noirs se rapprochent du circuit, mais la piste reste sèche pour l’instant. Les 18 pilotes se précipitent pour rapidement signer un tour. Très vite, les premiers tours de référence sont établis : Ayla Ågren, Belén García, Irina Sidorkova… les Rookies font la course en tête au début de la séance, alors que les redoublantes sont plus en retrait. Tout au long de la session, les nuages s’éloignent et la menace de pluie disparaît. On voit une amélioration des chronos, et notamment d’une femme : Alice Powell, 3e en 2019. La Britannique colle plus d’un dixième de seconde à la concurrence pour signer sa première pole position en W Series. Finalement, les redoublantes ont repris le meilleur sur les jeunes rookies : dans le Top 9, une seule débutante est présente : Belén García, excellente troisième. L’Espagnole de 21 ans a constamment été aux avant-postes et débute cette saison du bon pied, juste devant les très expérimentées Beitske Visser et Emma Kimiläinen. La très surprenante Sarah Moore (8e il y a deux ans) est sur la première ligne. L’ultra-favorite et tenante du titre, Jamie Chadwick, n’est que huitième et signe sa pire qualification dans le championnat. Forte de son expérience de 47 courses avec cette voiture depuis 2019 (en F3 Asie, Formule Régionale et W Series), elle tentera de remonter en course. Derrière, la très jeune Irina Sidorkova ne termine que treizième et pourra s’en vouloir : elle avait un rythme bien meilleur et jouait le Top 8 sans problème, mais a vu ses meilleurs tours annulés à cause des track limits.

La fièvre du samedi après-midi des qualifications de F1 redescend doucement. Alors que les fans néerlandais présents en tribunes, félicitent la pole de leur héros Max Verstappen, les 18 pilotes féminines se préparent à la première course de la saison, la première depuis plus de 600 jours pour certaines. À l’extinction des feux, déjà une mauvaise surprise pour la Norvégienne Ayla Ågren qui cale en milieu de peloton, gênant fortement Abbie Eaton. Devant, Alice Powell gère le départ sans problème devant Sarah Moore, quand Beitske Visser prend le meilleur sur la jeune Belén García. Ça se bouscule dans ce premier tour, et on aborde le virage 3 à deux ou trois de front chez les plus téméraires. La tenante du titre, Jamie Chadwick pointe déjà cinquième ! À l’orée du 2e tour, tous ses espoirs d’un bon résultat volent en morceaux, quand sa compatriote Jessica Hawkins la percute au virage 1. Chadwick doit repartir à une lointaine 16e place. Quelle pénalité pour cette faute grossière de l’ambassadrice d’Aston Martin F1 ? Eh bien… les commissaires semblent faire une petite sieste et décident de rendre leur verdict après la fin de la course. Si les pilotes de W Series ne marchent pas encore dans les traces des pilotes de F1, les commissaires sont déjà au niveau de ceux de la F1 !

En tête de course, Powell prend déjà le large ! Derrière, García a repris le meilleur sur Visser et signe le meilleur tour, accentuant la pression sur sa coéquipière Moore en deuxième position. Derrière encore, on a un peu le droit à une procession. Les voitures sont toutes proches les unes des autres, mais ont du mal à se dépasser. Je l’ai déjà dit la semaine dernière en FRECA, mais ces Tatuus F.3 T-318 ne favorisent pas les dépassements. Cette procession est pimentée, bien malgré elles, par les deux García (Belén et Marta, qui ne sont pas sœurs). La première, Belén, fait une escapade dans les graviers au virage 6, et dégringole à la neuvième place. Quant à Marta, en lutte autour de la huitième place depuis le début de la course, elle fait un peu le bouchon. Ce bouchon saute finalement à dix minutes de la fin quand l’Espagnole abandonne sur problème mécanique, causant l’apparition de la Safety Car ! Tout le monde se regroupe derrière Powell, Moore, Visser, Kimiläinen, Wohlvend. Quand la Safety Car s’en va, il reste cinq petites minutes… la course est prête à s’emballer.

La relance paraît plutôt calme au début, avec Powell et Moore qui se dirigent vers un doublé britannique. Mais derrière, Kimiläinen met une énorme pression sur Visser pour monter sur son premier podium de la saison. Au virage 3, la Finlandaise de 31 ans loupe totalement son freinage et percute la Néerlandaise, en tête-à-queue. Si Kimiläinen peut continuer, c’est au prix d’un aileron avant tordu, sur le point de se décrocher de la voiture à tout moment. Elle bloque tout le monde et bloque ses roues à presque chaque virage, la différence de vitesse entre les pilotes derrière et la Finlandaise est importante, surtout au niveau des virages. On attend logiquement un drapeau noir à disque orange de la part de la direction de course, qui obligerait Kimiläinen à rentrer aux stands pour changer d’aileron. On attend… on attend encore. Les commissaires doivent encore être en train de dormir. C’est dans l’avant-dernier tour que l’aileron avant de la Finlandaise s’envole, manquant de percuter les têtes des pilotes entourant la Finlandaise… irresponsable.


De la troisième à la seizième place, c’est le chaos. Dans le peloton, les pilotes ne cessent de prendre l’échappatoire au virage 1 et multiplient les erreurs. La lenteur de Kimiläinen et de sa voiture endommagée, regroupe les différentes pilotes qui tentent de profiter de la situation. À ce petit jeu, c’est Fabienne Wohlwend qui tire son épingle, avec une excellente 3e place alors qu’elle partait neuvième. Belén García, après son erreur à mi-course, a réussi à remonter jusqu’à la 4e place et est la meilleure Rookie. Jessica Hawkins, provisoirement cinquième, est pénalisée et tombe à la seizième place pour son accrochage avec Chadwick. Si cette dernière a longtemps peiné ce weekend, elle a parfaitement géré sa relance et, malgré un contact avec Irina Sidorkova, a réussi à remonter jusqu’à une jolie sixième place. Elle sauve quelques points après un weekend très compliqué pour elle. En dehors de García, les autres jeunes Rookies ont marqué de jolis points en profitant de la confusion de fin de course : Nerea Martí (19 ans) et Irina Sidorkova (17 ans) sont septième et huitième.

Au championnat, c’est donc Alice Powell qui lance parfaitement sa saison : hat-trick pour la Britannique, qui devance donc Sarah Moore et Fabienne Wohlwend. La meilleure Rookie, Belén García, est quatrième, quand la tenante du titre, Jamie Chadwick, est sixième, derrière la Japonaise Miki Koyama. Chez les autres favorites au titre, c’est une très mauvaise opération avec zéro point pour Beitske Visser, Emma Kimiläinen et Marta García. Ces trois-là voudront certainement leur revanche, et ce, dès le weekend prochain, sur ce même circuit.


La W Series en bref.

Qualifications – Pôle position de A. Powell.

Course – Victoire de A. Powell, suivie de S. Morre et de F. Wohlwend.


+ Une hiérarchie assez incertaine et instable. Des favorites pas aussi dominatrices, et des rookies au rendez-vous.

+ Une fin de course totalement folle.

+ Une Alice Powell qui a fait le weekend parfait par excellence.


-- La direction de course. Totalement irresponsable de laisser Kimiläinen enchaîner les tours avec un aileron avant prêt à se décrocher à tout moment.

-- Les trop nombreuses erreurs. Elles peuvent s’expliquer par des pilotes un peu rouillées, qui n’ont pas roulé depuis la dernière course de W Series, en août 2019. Un nombre plus important de courses et d’essais aurait été préférable. C’est dur d’apprendre avec même pas deux heures de roulage par weekend de course.

-- Même refrain qu’en FRECA : la voiture qui empêche les dépassements.


Vers Pré-Grille

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook