• T.L.

Débrief : France 2022.


https://www.planetf1.com/news/charles-leclerc-crashes-france-2022/
https://www.planetf1.com/news/charles-leclerc-crashes-france-2022/

Qu'il a fait chaud hier au Castellet... Une chaleur ressentie dans les tribunes, avec des températures très élevées qui auront donné tout son sens à la « Summer Race », une chaleur en piste avec de la bataille, des dépassements et des mécaniques mises à rude épreuve, et de la chaleur, beaucoup de chaleur, sous les casques des pilotes... Au risque de ne plus revenir en France dans les années à venir, on peut au moins dire que la Formule 1 quitte le pays sur une très bonne note.



Max Verstappen aussi quitte la France sur un bon bilan. Vainqueur net et sans bavure, avec un 25-0 infligé à son principal concurrent au titre (on en reparlera), c'est ce que Super Max et son équipe souhaitaient réaliser pour parfaitement entamer la seconde moitié de la saison. Il reste tout de même le petit bémol des Qualifications, puisqu'il n'arrive plus à se hisser en pole, mais bon, c'est le Dimanche que l'on marque les points...


Adage que Charles Leclerc et Ferrari connaissent malheureusement trop bien. Car encore une fois, rien ne se passe comme prévu. Pourtant ça commençait bien : pole position pour Leclerc, bien aidé par une stratégie intelligente en Q3 avec Sainz qui lui a donné l'aspiration, bon départ, début de course solide, puis... l'erreur. Alors au moment où ces lignes sont écrites, on ne sait pas si c'est un souci mécanique ou si c'est une erreur de pilotage. La première réaction du Monégasque a été d'accuser la pédale d'accélérateur qui l'a déjà handicapé en Autriche. Mais dans un second temps, le pilote s'auto-blâme. Si c'est le premier cas, c'est tout bonnement inadmissible que Ferrari laisse passer un souci comme celui-ci, pour les enjeux que cela implique, pour le côté sportif, mais aussi pour la sécurité de son pilote et des autres. Si c'est le second cas, c'est malheureux, mais ça arrive. Ça arrive, certes, mais ça a des conséquences désastreuses ici, Charles Leclerc étant en lutte pour le titre. Et aussi bon et rapide soit-il, ce n'est pas avec des erreurs qu'on gagne des titres...


Leurs coéquipiers respectifs auront eu deux courses très différentes. Un poil décevante pour Pérez, bloqué derrière une Mercedes, loin du rythme de Verstappen, et pas assez vigilant en fin de course pour conserver sa P3. Carlos Sainz quant à lui a offert une belle remontée, et quelques superbes manœuvres. Il avait même l'opportunité d'aller chercher la P4 voire la P3, mais dans le doute que les pneus ne tiennent pas jusqu'au bout, Ferrari a préféré faire rentrer son pilote.


C'est Red Bull qui tire finalement le gros lot, et au classement pilote, et au classement constructeur. À un weekend de la trêve estivale et donc de la fin de la première partie de la saison, c'est peut-être le meilleur moment pour mettre la Scuderia Ferrari à genoux.



Et puis derrière ce beau monde, Mercedes continue d'optimiser toutes ses opportunités. Lewis Hamilton termine P2 et George Russell le suit pour un double podium inespéré à la vue des séances d'essais plus tôt dans le weekend. Une course très sérieuse du Champion du Monde britannique, une course plus mouvementée et plus difficile pour son coéquipier. Mais au final, ce sont de très gros points qui rentrent, et surtout, un énorme boost au moral.



À la maison, les deux Alpine auront parfaitement répondu présents le Dimanche. Et ça s'annonçait plus compliqué que prévu après une séance de Qualifications difficile pour Ocon. Mais au final, le Français termine P8 quand son coéquipier espagnol hisse sa monoplace française en P6. Un résultat qui devrait satisfaire la marque.


Tout comme le résultat de McLaren qui revient petit à petit en force dans ce midfield. Lando Norris s'intercale entre les deux voitures bleues, et Daniel Ricciardo se classe P9. Là aussi on observe du mieux, surtout du côté de l'Australien. Et c'est bien de revoir les McLaren à des places plus cohérentes avec leur prestige et leurs ambitions, ce qui contraste pas mal avec le début de la saison.


Autre bonne surprise, les deux Aston Martin qui, bien que larguées en Qualifications, arrivent toujours à se refaire en course. Et pour preuve, elles terminent P10 et P11. Une course discrète, mais très sérieuse des deux pilotes qui ont même offert une petite bataille en interne à la toute fin du Grand-Prix. Ça aurait vite pu virer au drame, notamment à cause d'une défense très rude de Lance Stroll, mais aucune casse n'est à déplorer et le Canadien ramène donc un point à son équipe.



Pourtant il y en a eu de la casse. On a parlé de celle de Charles Leclerc, mais il n'est pas le seul à avoir abandonné. Yuki Tsunoda, Kevin Magnussen, Nicholas Latifi et Guanyou Zhou n'auront pas terminé l'épreuve non plus, à cause de soucis mécaniques.


Double peine pour les équipes concernées puisqu'aucun de leurs coéquipiers n'aura réussi à briller. Pierre Gasly aura été en difficulté avec une monoplace pas au niveau des points, Mick Schumacher termine bon dernier, Alexander Albon aura été invisible, tout comme Valtteri Bottas. Et puis bon, avec tout ce qui s'est passé devant, on a un peu oublié de trop regarder derrière...


Pourtant le coeur du peloton a été animé dans la première partie de course. Et ça, c'est une très bonne chose, car cela prouve que ce circuit tant décrié n'est pas qu'un simple parking, et qu'il pourrait peut-être avoir sa place au calendrier pour les années à venir...



En bref.

Qualifications – Pole position de C. Leclerc.

| E. Ocon P12, P. Gasly P16.

Grand-Prix – Victoire de M. Verstappen, suivi de L. Hamilton et de G. Russell.

| E. Ocon P8, P. Gasly P12.



+ Une bonne course, avec de la bataille à tous les niveaux ! Une conclusion parfaite pour un weekend très festif, très animé et très spectaculaire. Merci Le Castellet !

+ Les deux Mercedes très opportunistes et réalistes. Ils engrangent des points, et soignent leur moral.

+ Les deux Alpine à la fête ce weekend avec deux bons résultats de leurs deux pilotes !


– Malgré le niveau stratosphérique de Charles et de Max, le combo Leclerc/Ferrari nous prive trop souvent de la bataille qu'on attend tous.

– Pierre Gasly, l'autre français, loin du rythme. Décidément, on ne verra jamais nos deux Français en même temps dans les points !

– La réalisation TV qui nous a privés, pendant le premier tiers de la course, d'une très grosse partie du spectacle en piste.


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook