• T.L. | P.W.

Débrief Juniors : FIA F2, FIA F3.


https://fr.postsus.com/sports/946067.html | PlanetF1
https://fr.postsus.com/sports/946067.html | PlanetF1

De retour de vacances, les choses n'ont pas tellement changé, ni en Formule 2, ni en Formule 3. On a eu d'un côté deux courses très animées dont « cafouillage » pourrait en être le maître mot, et d'un autre côté on pensera plutôt à « patience » et surtout « fiabilité ». Comme quoi, vacances ou pas, les weekends se suivent et semblent se ressembler...


FIA Formule 2.

Si l'on quittait la première partie de saison avec de grands espoirs pour notre Théo Pourchaire national, qui avait enfin réussi à reprendre de bons points sur Felipe Drugovich et à relancer nos espoirs de le voir sacré, on lance cette fin de saison de la pire des manières...


Un weekend symptomatique de la saison du français : des Qualifications un poil en retrait de son adversaire, une opportunité manquée qui se retourne contre lui en course sprint, mais surtout, une fiabilité qui s'acharne et qui lui coûte, encore une fois, de gros points. Rien ne s'aligne en la faveur de Pourchaire qui perd donc beaucoup de points au classement et qui voit peut-être le titre s'envoler ce weekend.


Car de l'autre côté, Felipe Drugovich c'est presque un carton plein. Pole position, P4 le Samedi grâce à une stratégie osée mais payante, et P2 le Dimanche. À défaut de gagner, c'est le titre qu'il a en ligne de mire, et ce sont des résultats on ne peut plus réguliers qui ne le précipitent que vers cette issue dorée. Avec désormais trois manches restantes, je vois difficilement le Brésilien perdre pied, et lâcher la tête du championnat...



Au-delà de cette lutte pour le titre, ce weekend, c'est l'Océanie qui aura été sur le devant de la scène. Liam Lawson, néo-zélandais, vainqueur en Course 1 et P3 en Course 2, et Jack Doohan, australien, P2 le Samedi et vainqueur le Dimanche. Un weekend exceptionnel pour les deux pilotes qui en profitent donc pour marquer de nombreux points et pour se rapprocher très sérieusement du podium au classement général, Logan Sargeant n'ayant marqué que peu de points ce weekend, avec un abandon et une P6.


Pour ces trois pilotes, on ne se bat peut-être plus simplement que pour des places d'honneur, on se bat aussi peut-être pour des points de Super Licence qui, au vu de la situation actuelle, pourraient bien les aider dans la suite de leur carrière. C'est pas comme s'il y avait la place en Formule 1, et que la Silly Season était « silly » au possible...



Il est intéressant de souligner le bon retour de Ralph Boschung, qui était absent depuis 4 meetings désormais, et qui réussit à se hisser sur la troisième marche du podium de la Course 1. Dans les prestations honorables, on peut aussi souligner les points de Clément Novalak, P10 en course principale, et le beau weekend régulier de Richard Verschoor, P5 et P4.



Très peu le temps de souffler et de prendre du recul sur ce qui s'est passé dans les Ardennes que l'on est déjà tourné vers les Pays-Bas et Zandvoort. Là, on est bel et bien rentré dans une période critique du championnat où, à défaut d'être passionnantes, les courses sont toutes très importantes...



La FIA Formule 2 en bref.

Qualification – Pole position de F. Drugovich.

| T. Pourchaire P8, R. Boschung P10, C. Novalak P16, A. Cordeel P20.

Course 1 – Victoire de L. Lawson, suivi de J. Doohan et de R. Boschung.

| T. Pourchaire P6, C. Novalak P17, A. Cordeel P18.

Course 2 – Victoire de J. Doohan, suivi de F. Drugovich et de L. Lawson.

| C. Novalak P10, R. Boschung P14, A. Cordeel P17, T. Pourchaire DNF.



+ L'Océanie dans la lumière ! Liam Lawson sûrement galvanisé par sa FP1 en Formule 1, Jack Doohan peut-être appâté par les débouchés de son académie.

+ Felipe Drugovich est impérial. Malgré une course principale qu'il aurait pu/dû gagner, il marque de très gros points et fonce vers le titre.

+ Le retour de Ralph Boschung, qui plus est, gagnant ! Enfin 3e, mais vous avez compris l'idée.


– Un weekend sans pour Théo Pourchaire : réglages pas optimaux, occasion manquée, fiabilité ridicule, le tout dans une saison charnière de sa carrière. C'est dur... Courage Théo...

– Les manoeuvres aux Combes sont toujours aussi litigieuses... Cela devient trop facile d'y doubler, il suffit de tasser son adversaire. Heureusement, quelques pénalités ont été données.

– Des courses molles dans leur ensemble. C'est dommage, car les résultats sont intéressants et le plateau pourrait être clivant.


Vers Pré-Grille



FIA Formule 3.

En arrivant à Spa-Francorchamps, personne, je dis bien personne, n’aurait pu prévoir un tel scénario. Les quatre hommes de tête (Hadjar, Martins, Leclerc et Crawford) ont récolté, huit points... à eux quatre ! Si ce quatuor reste encore bien en lutte pour le championnat, de nouvelles têtes se sont incrustées dans la bataille au titre. Une lutte à six, voire huit ou neuf...?

Le grand gagnant du weekend se nomme forcément Ollie Bearman. Le jeune pilote de la Ferrari Driver Academy a frappé un grand coup, en décrochant sa première victoire le Samedi, avant de monter sur son quatrième podium consécutif en course principale le lendemain. La progression comparée à son chaotique début de saison est bluffante. Voilà le Britannique, deuxième du championnat, à un point de la tête. Meilleur pilote Prema, il est devenu favori à une place en F2 dès l’an prochain chez l’équipe italienne de René Rosin et Guillaume Capietto, aux dépens de Leclerc...

Les autres vainqueurs du weekend sont forcément les pilotes Trident, à commencer par le Tchèque Roman Stanek. Après une baisse de régime en milieu de saison, il a répondu présent lors des Qualifications folles sur une piste séchante quand TOUS les favoris ont failli. Avec deux deuxièmes places, il ne pointe désormais qu’à dix longueurs d’Hadjar.

Le rookie Zane Maloney a vécu un weekend totalement fou. Rescapé miraculeux d’un crash spectaculaire à Blanchimont la veille, il a été le plus fort Dimanche pour remporter la course principale et devenir le premier Barbadien à remporter une course d’un weekend de Formule 1. Jonny Edgar, lui, a frôlé les podiums. Son retour est définitivement une réussite.

Mais si tous ces pilotes ont pu émerger, si le Danois sous licence monégasque Oliver Goethe a pu jouer le podium, si le très moyen Brad Benavides a décroché ses premiers points, c’est car les favoris ont tous failli le Vendredi. Sur une piste séchante, Leclerc, Martins, Hadjar et Crawford ont tous perdu gros. Pour ces deux derniers, c’est par leur mécanique qu’ils ont été piégés. Pour les deux premiers nommés, le timing n’était tout simplement pas bon, et ils sont passés sur la ligne d’arrivée parmi les tout premiers. Les pilotes passant après eux ont facilement pu leur passer devant au classement sur une piste devenue plus rapide.

Si Leclerc et Hadjar ont pu limiter la casse grâce à de splendides remontées (permettant au Français de garder la tête du championnat face à Bearman pour un petit point), Martins et son équipe ART ont vécu un weekend catastrophique. Départ volé le Samedi, crash causé par Kush Maini le Dimanche, le pilote Alpine est toujours 3e du championnat, à deux points de son compatriote, donc tout reste à faire. Mais attention à ne pas revivre pareille mésaventure à Zandvoort ou Monza.

Car oui, il ne reste plus que deux weekends, quatre courses, et 78 points à attribuer. Seuls 14 pilotes peuvent encore jouer le titre mathématiquement, mais de façon plus raisonnable, seuls neuf peuvent encore réellement y croire. Hadjar, Bearman, Martins, Leclerc, Stanek. Et même s’ils partent d’un peu plus loin, Crawford, Maloney, Smolyar et Collet ont encore leurs chances. Ce weekend de Spa nous a montré que tout pouvait être possible dans ce championnat totalement fou.

La FIA Formule 3 en bref.

Qualification – Pole position de C. Collet.

| G. Saucy P19, A. Leclerc P20, I. Hadjar P23, V. Martins P24.

Course 1 – Victoire de O. Bearman, suivi de R. Stanek et de A. Smolyar

| A. Leclerc P5, I. Hadjar P9, G. Saucy P12, V. Martins P21.

Course 2 – Victoire de Z. Maloney, suivi de R. Stanek et de O. Bearman

| A. Leclerc P11, I. Hadjar P14, G. Saucy DNF, V. Martins DNF.



+ Ollie Bearman impérial, si proche de la tête du championnat.

+ Stanek, Maloney, Edgar, un weekend presque parfait pour le trio Trident.

+ Oliver Goethe, révélation inattendue du weekend, qui a tenu bon après des Qualifications folles.


– Weekend noir pour ART, Martins et Saucy. À oublier au plus vite.

– Kush Maini en mission commando Dimanche, en éliminant Pizzi ET Martins en deux virages.

– Le poleman Caio Collet ne finit le weekend qu’avec neuf points. Une énorme opportunité manquée.


Vers Pré-Grille


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook