• T.L. | P.W.

Débrief Juniors : FIA F2, FIA F3, FRECA.


https://www.motorsportweek.com/2022/07/08/red-bull-junior-hadjar-secures-austria-f3-pole/
https://www.motorsportweek.com/2022/07/08/red-bull-junior-hadjar-secures-austria-f3-pole/

De la Formule 2, de la Formule 3 et de la FRECA étaient au programme de ce weekend chargé en spectacle, en rebondissements et en conséquences pour les différents championnats ! On avait très largement de quoi se mettre sous la dent, surtout avec des francophones au sommet de leurs catégories respectives...


FIA Formule 2.

Je pense que personne ne pouvait s'attendre à un weekend pareil en Formule 2... Une première course absolument vide, sans la moindre action et sans une once de suspense, et une seconde course bien plus animée et mouvementée, très surprenante, encore une fois grâce à la pluie. Finalement, ça ne change pas tellement de d'habitude, puisqu'on reste sur un weekend plutôt mitigé.



Et comme à Silverstone, Théo Pourchaire et Felipe Drugovich se neutralisent. Le Français continue de grappiller quelques petits points sur le Brésilien, mais ils sont encore trop proches pour qu'une différence se créée, d'un côté ou de l'autre. Parfaite démonstration donc ce weekend, quand le Samedi ils terminent respectivement P2 et P4, et que le lendemain, aucun ne termine dans les points. Alors pour Théo c'est une bonne chose, parce qu'à défaut de revenir sur Felipe, il ne le laisse pas s'envoler, mais que ce soit pour l'un ou pour l'autre, il va falloir réussir, d'une façon ou d'une autre, à débloquer cette situation. Et la mauvaise situation, elle est pour Théo Pourchaire, car Drugovich, lui, se dirige tout droit vers le titre...



Enfin attention tout de même à ne pas se poser des œillères, et à ne pas voir que Logan Sargeant arrive avec ses grands sabots ! Deuxième en Azebraidjan, premier à Silverstone et ce weekend, dans les points lors des six dernières courses, l'Américain surfe sur une excellente dynamique qui le rapproche très vite du sommet du classement. Il est d'ailleurs un point devant Pourchaire, et à moins de 40 points de Drugovich. Et si finalement, c'était lui qui allait départager le duo de tête...



Comme on l'a dit en préambule, la course longue de ce weekend, la principale, aura été on ne peut plus surprenante. Une piste humide au départ, des pilotes en Wet et d'autres en Slick. Une première gomme un peu plus efficace en début de course, puis au tour 6, les gommes Slick trouvent leur fenêtre de fonctionnement optimal, et tout l'ordre est bousculé. C'est d'ailleurs ce phénomène qui coûte des points à Pourchaire et Drugovich, et qui entraîne des résultats peu satisfaisants pour Doohan et Vesti, pourtant très en forme ce weekend.


Mais le malheur des uns faisant le bonheur des autres, certains pilotes ont profité de ces conditions changeantes. Richard Verschoor, largement vainqueur, sans la moindre concurrence, si ce n'est son réservoir d'essence, vide, qui le disqualifie, Olli Caldwell, qui marque ses premiers points de l'année, Enzo Fittipaldi qui continue de faire de bonnes performances dans l'ombre, et Roberto Merhi, « jeune » pilote de 31 ans, passé par la Formule 1 et l'Endurance, qui offre une démonstration de pilotage pour franchir la ligne P2 avant d'être rétrogradé P5 après une pénalité de temps pour track limits, mais d'hériter du podium suite aux applications des pénalités post course. Alors doucement... À 31 ans, c'est normal que son expérience l'aide autant face à des pilotes qui en manquent cruellement. Et ce n'est pas normal qu'à cet âge-là, on le voit encore en Formule 2. Mais toujours est-il que c'était sympa à voir !


Pour conclure, on va rebondir sur ces track limits évoquées à l'instant. Ce weekend était un festival de pénalités et d'avertissements. On ne les a pas comptées, mais entre la Course 1 et la Course 2, on doit dépasser la dizaine de pénalités, et on doit frôler la trentaine, voire plus, d'avertissements. Il y a un règlement, il est (presque) appliqué à la lettre, c'est bien. Maintenant, je me pose simplement la question de pourquoi est-ce que la Direction de Course est aussi stricte ici, et pas sur d'autres circuits...? Boh, encore une incohérence Made in FIA...



La FIA Formule 2 en bref.

Qualification – Pole position de F. Vesti.

| A. Cordeel P7, T. Pourchaire P9, C. Novalak P20.

Course 1 – Victoire de M. Armstrong, suivi de T. Pourchaire et de J. Doohan.

| C. Novalak P15, A. Cordeel P18.

Course 2 – Victoire de L. Sargeant, suivi de L. Sargeant et de R. Merhi.

| T. Pourchaire P13, C. Novalak P17, A. Cordeel P18.



+ Logan Sargeant continue sur sa bonne dynamique. La lutte se resserre au sommet du classement.

+ Une Course 2 très surprenante, désordonnée mais intéressante, avec de belles manœuvres.

+ Roberto Merhi était vraiment agréable à regarder en piste, surtout lorsqu'il était à la bataille...


– ... Mais à 31 ans, il ne devrait pas être autorisé à s'asseoir dans un baquet Junior, surtout avec l'expérience qu'il a, notamment en Formule 1.

– Les limites de pistes, abusées et surexploitées Heureusement que des sanctions étaient là, mais elles étaient malheureusement bien trop nombreuses.

– Amaury Cordeel revient, avec un permis tout neuf de 12 points. Amaury Cordeel se qualifie P7. Amaury Cordeel dégringole lors des deux courses. Amaury Cordeel double sous double drapeau jaune. Amaury Cordeel repart de l'Autriche avec 8 points sur son permis.


Vers Pré-Grille



FIA Formule 3.

Sur les terres de Red Bull, Isack Hadjar, Jak Crawford et Jonny Edgar étaient scrutés de près pour ce cinquième weekend de la saison de Formule 3. Et ce weekend a confirmé les tendances observées aux manches précédentes...

Isack Hadjar a clairement été LE pilote du weekend. Après une première pole (certes aidée par un drapeau rouge à deux minutes de la fin, mais il était quand même le plus rapide), le Français a confirmé avec une rare maitrise sous la pluie le Dimanche pour décrocher sa troisième victoire de la saison (sa première en course principale). Malgré la pression du plus expérimenté Victor Martins, la pépite de Red Bull était tout simplement le plus rapide, avec pour preuve son meilleur tour en course. Propulsé en deuxième place du championnat, il talonne désormais son compatriote d’un petit point.

Moins éblouissant, Jak Crawford a tout de même signé sa première victoire lors de la course sprint, après un joli dépassement sur Collet. Mais le reste du weekend était bien moins flamboyant, empêtré autour de la sixième place, c’est ce même Collet qui a ruiné ses espoirs de points le Dimanche en percutant... Jonny Edgar à trois tours de la fin, qui, par ricochet, tapait Crawford. À 28 points de la tête, l’Américain a perdu gros. Edgar quant à lui confirme son joli retour avec de nouveaux points. Que ça fait plaisir de revoir le Britannique au volant à un niveau compétitif.

Au championnat, le trio Martins (98), Hadjar (97) et Leclerc (91) se détache du reste des pilotes. Réguliers, rapides, ces trois-là répondent présents en toutes circonstances. Le plus impressionnant est sans aucun doute Hadjar (unique rookie du top 5, pilote pour la 6e meilleure équipe de 2021), sans doute pour son panache en piste et ses dépassements osés.

Parmi les autres belles révélations, Ollie Bearman a confirmé que Ferrari ne l’avait pas recruté pour rien. Sixième au général, il est monté sur son deuxième podium en autant de weekends. Franco Colapinto, bien plus âgé mais tout de même rookie, a encore effectué un weekend plein. Sans faire de vagues, l’Argentin confirme course après course son talent.

Chez ART GP en dehors de Martins, ça a été la soupe à la grimace. Juan Manuel Correa menait la course sprint avant un problème moteur, et a gratté un unique point sur ce weekend. Grégoire Saucy partait de trop loin sur la grille pour espérer des points. Actuellement 16e au championnat, il y a péril en la demeure pour le Suisse.

Pour le prochain rendez-vous de la F3, il faudra attendre trois semaines et le Hungaroring. Il s’agira du dernier meeting avant le triple-header final qui conclura ce championnat !

La FIA Formule 3 en bref.

Qualification – Pole position de I. Hadjar.

| V. Martins P2, A. Leclerc P4, G. Saucy P18.

Course 1 – Victoire de J. Crawford, suivi de C. Collet et de F. Colapinto.

| A. Leclerc P4, V. Martins P8, I. Hadjar P10, G. Saucy P11.

Course 2 – Victoire de R I. Hadjar, suivi de V. Martins et de O. Bearman.

| A. Leclerc P4, G. Saucy P14.



+ Première pole et première victoire en course principale d’Isack Hadjar sur les terres de Red Bull. Le Français ne cesse de confirmer.

+ Ollie Bearman confirme sa montée en puissance avec un nouveau podium.

+ Leclerc et Martins ne se relâchent pas. Toujours au top.


– Malgré une course sprint réussie, Crawford et Stanek ont perdu gros sur le trio de tête.

– O’Sullivan ne confirme pas après la folie de Silverstone. Mais peut-on lui en vouloir vu son équipe ?

– Charouz Racing, ses accrochages entre coéquipiers, ses immobilisations en piste sans raison apparente, sa dernière place au championnat, bref, son cirque.


Vers Pré-Grille


FRECA.

Un championnat relancé, des courses pas si ennuyeuses malgré le faible nombre d’endroits pour dépasser, un nouveau vainqueur... Voici ce que nous a donné ce weekend de FRECA en Hongrie !

Quand Dino Beganovic avait plus de 50 points d’avance au sortir de Monaco, il était facile d’imaginer le championnat déjà plié, à la manière d’un Grégoire Saucy l’an dernier. Mais cette saison, la lutte sera jusqu’au bout ! Le Suédois est totalement passé au travers de son weekend (hors du top 10 en Qualifications, six petits points sur les deux courses). S’il reste en tête du championnat, tout s’est resserré derrière lui au classement.

Même s’il n’a pas gagné, le grand vainqueur reste Gabriele Minì, deux fois deuxième sur le Tourniquet Hongrois. Revenu comme une balle à neuf points de Beganovic, l’Italien a fait forte impression sur un circuit qu’il découvrait. L’Estonien Paul Aron pourra rager de ne pas avoir pu plus profiter de la défaillance de son coéquipier Beganovic. Malgré un excellent rythme en Qualifications, des incidents de course, des départs laborieux l’ont fait chuter dans la hiérarchie en course. Il reste à 28 points de la tête du classement.

Mais les vainqueurs des courses n’étaient ni Beganovic, ni Minì, ni Aron. Pour la première fois de la saison, le Néerlandais Kas Haverkort s’est imposé. Son équipe V.A.R. avait un excellent rythme en Hongrie, comme l’a montré son coéquipier suisse Josh Düfek avec deux tops 6.

Le Dimanche, c’est Hadrien David qui a retrouvé le chemin de la pole, et de la victoire. Le Français reste en vie dans la lutte pour le titre, à 51 points de Beganovic en 4e place. Mais ce weekend nous a prouvé que les écarts pouvaient vite changer ! En tout cas, cette victoire fera du bien à David, après le crève-cœur de Zandvoort (2e de la Course 1, mais lourdement pénalisé après l’épreuve pour mauvaise utilisation du push-to-pass).

Un peu derrière, Trident a réalisé une sublime performance avec ses trois pilotes (Bilinski, Tramnitz et Fornaroli). Sur un circuit où l’équipe débutante était à égalité avec les autres (tout le monde découvrait le circuit), la formation italienne a réalisé son meilleur weekend de la saison.

Descendons un peu le classement pour voir nos jeunes rookies français qui ont été très enthousiasmants en Hongrie ! Rapide tout le weekend, Esteban Masson a enfin décroché son premier point le Samedi, avant... d’être encore impliqué dans une collision (avec Beganovic) le Dimanche. Owen Tangavelou a marqué ses premiers points pour sa nouvelle équipe RPM après le weekend le plus solide de sa saison. Un changement d’équipe favorable ! Enfin, très loin du compte le Samedi, Macéo Capietto a réussi à régler sa Monolite pour rentrer dans les points pour la 4e fois de la saison. Encore des miracles, on devient habitué.

Comme la F3, le prochain rendez-vous sera dans trois semaines, pour l’une des épreuves-phares de la saison, en Belgique, en support des 24 Heures de Spa-Francorchamps !



La FRECA en bref.

Qualifications – Poles positions de K. Haverkort et de H. David.

| H. David P4 et P1, J. Düfek P5 et P10, E. Masson P10 et P11,

O. Tangavelou P17 et P8, V. Bernier P20 et P19, M. Capietto P26 et P9,

A. Gnos P28 et P29, S. Meguetounif P33 et P16.

Course 1 – Victoire de K. Haverkort, suivi de G. Minì et de R. Bilinski.

| J. Düfek P5, H. David P8, E. Masson P10, S. Meguetounif P17, V. Bernier P18,

O. Tangavelou P19, M. Capietto P26, A. Gnos P29.

Course 2 – Victoire de H. David, suivi de G. Minì et de G. Bortoleto.

| J. Düfek P6, O. Tangavelou P9, M. Capietto P10, E. Masson P11, A. Gnos P22,

S. Meguetounif DNF, V. Bernier DNF.



+ Haverkort et David vainqueurs ! Ce n’est pas tous les jours que ni Prema, ni ART ne s’impose, c’est à souligner.

+ Une bataille pour le titre totalement relancée alors qu’on pensait le championnat déjà plié il y a un mois et demi.

+ Enorme performance de Trident (un podium, quatre tops 5). L’équipe italienne s’affirme au fil de la saison.

+ Tangavelou et Masson qui scorent leurs premiers points. Nos 6 Français ont désormais tous inscrit des unités au championnat !


– Beganovic est passé totalement au travers ce weekend. Son avance au classement a fondu comme neige au soleil.

– ART GP avait l’air d’engager un seul pilote ce weekend avec Minì. Weekend anonyme des coéquipiers Boya et Van Hoepen.

– Paul Aron n’a pas capitalisé sur le dur weekend de Beganovic. Un manque de réussite.

– Mikhael Belov absent pour d’obscures raisons...


Vers Pré-Grille


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook