• T.L. | P.W.

Débrief Juniors : FIA F2, FIA F3, FRECA, W Series, FFSA F4.


https://wseries.com/w-hub/alice-powell-back-on-top-in-budapest/
https://wseries.com/w-hub/alice-powell-back-on-top-in-budapest/

Bon. On ne devait pas s'ennuyer ce weekend, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne s'est pas ennuyé ! Beaucoup d'action en piste, et hors piste, avec beaucoup de pénalités, beaucoup d'incidents et de nombreux aléas, aussi bien en Belgique qu'en Hongrie, qui auront dynamisé et animé toutes nos courses. Du spectacle au rendez-vous donc, pour un weekend qui marquait d'ailleurs la fin d'un mois de Juillet effréné pour les catégories support à la Formule 1.


FIA Formule 2.

ENFIN ! La situation s'est ENFIN décantée en Formule 2 ! Durant tout le mois de Juillet, on attendait que soit Théo Pourchaire, soit Felipe Drugovich, prenne le dessus sur l'autre et s'installe plutôt confortablement dans le trône de champion à l'approche de la fin de la saison. Et durant tout le mois, l'un et l'autre se neutralisaient plus ou moins, jusqu'à ce weekend.


Et cocorico, c'est Théo Pourchaire qui est gagnant dans l'affaire ! Sur ce meeting hongrois, c'est plus d'une vingtaine de points de repris au Brésilien, soit la moitié de l'avance de ce dernier. Un énorme coup avant de partir en vacances et d'entamer le sprint final avec le titre en ligne de mire. Et pour une fois, aucune circonstance de course n'est venue s'immiscer dans la bataille. Enfin presque, puisqu'en Course 1, Drugovich manque son premier freinage et relègue Pourchaire P15. Une remontée P9 qui lui fait tout de même mal, son adversaire finissant P4 sans la moindre pénalité. Mais le lendemain, le rythme de Théo et la gestion de ses gommes auront eu raison de toute l'adversité, et le français s'impose et se relance totalement dans la course au titre.


Mais le plus gros gagnant ce weekend, c'est Enzo Fittipaldi qui termine P3 et P2. Autre Brésilien de cette grille, il ne cesse de progresser et de s'installer très sérieusement parmi les pilotes à surveiller à chaque weekend. Cela peut peut-être même le lancer pour la saison prochaine où il sera évidemment prétendant au titre s'il continue sur celle lancée. En attendant, il se rapproche de Sargeant au classement, complètement victime de son weekend.


Dans les autres performances, Ayumu Iwasa s'est illustré en Qualifications, en prenant la pole position qui lui avait échappé en France, et Jack Doohan s'est imposé le Samedi avant de devoir abandonner le lendemain.



On doit cependant aussi parler de moins bon, et de la direction de course et des pilotes. La direction de course tout d'abord qui s'est montrée totalement incohérente et à double tranchant sur certaines décisions. Par exemple, Drugovich n'est pas pénalisé pour une manœuvre qui coûtera 10 secondes de pénalité à Novalak et à Daruvala. Verschoor est sanctionné pour des limites de pistes, une fois, puis deux, puis ne respecte pas correctement sa pénalité aux stands ensuite. Et cette saison, ce n'est pas la première fois que ça arrive... Mais bon, globalement ce weekend était bon, animé, spectaculaire et stratégique, donc on ne va pas s'en plaindre !



La FIA Formule 2 en bref.

Qualification – Pole position de A. Iwasa.

| T. Pourchaire P4, C. Novalak P19, A. Cordeel P22.

Course 1 – Victoire de J. Doohan, suivi de . Vips et de E. Fittipaldi.

| T. Pourchaire P9, A. Cordeel P13, C. Novalak P20.

Course 2 – Victoire de T. Pourchaire, suivi de E. Fittipaldi et de A. Iwasa.

| C. Novalak P12, A. Cordeel P18.



+ Théo Pourchaire en forme, qui se relance dans la course au titre et qui relance le championnat.

+ Enzo Fittipaldi qui ne cesse de progresser. C'est l'un des pilotes les plus enthousiasmants de cette saison.

+ Malgré une tambouille qui ne semble pas fonctionner, le field est tout de même très proche, ce qui offre de très nombreux résultats différents. Exit la monotonie et l'habitude !


– Tout de même beaucoup de choses négatives : des pénalités, de sales manœuvres, des décisions incohérentes, etc.

– Prema qui n'est décidément nulle part cette année.

– Felipe Drugovich manque son weekend. Entre une faute très grossière le Samedi, et une mauvaise stratégie le Dimanche, ce sont de gros points qui s'envolent.


Vers Pré-Grille



FIA Formule 3.

En Formule 3, on s'est habitué à voir nos francophones truster le haut de l'affiche. Une habitude chamboulée ce weekend, parce qu'aucun n'aura terminé sur aucun des deux podiums du weekend. Une situation qui resserre donc le haut du classement, Hadjar et Martins étant à égalité de points, Leclerc étant proche derrière, et Crawford et Bearman voyant l'espoir de se jeter sur les opportunités manquées des leaders.


Et ce weekend en est donc un parfait exemple. Victor Martins aura, à deux reprises, choisit une mauvaise pression de pneus, ce qui lui aura coûté beaucoup de temps sur la fin de chacune des deux courses. De son côté, Isack Hadjar aura été victime d'une mauvaise qualification, et d'un mauvais départ en Course 2. Bon, sa P4 le Samedi rattrape beaucoup de choses, et lui offre d'ailleurs la tête du classement général.


Arthur Leclerc aura quant à lui délivré un weekend qui le caractérise trop. Une très bonne qualification (P4), une superbe Course 1, gâchée dans le dernier secteur du dernier tour, en partant à la faute et en entraînant son coéquipier, puis le lendemain, en brillant avec des superbes dépassements et un rythme impressionnant. Une baisse de vitesse en fin de course mais qui s'explique par une piste séchante et une gomme usée.



Ce weekend donc, ce ne sont pas ces pilotes qui se sont illustrés. Caio Collet remporte la Course 1, quand Alexander Smolyar grimpe sur la plus haute marche du podium de la Course 2. Un weekend totalement maitrisé par MP Motorsport donc, l'équipe repartant avec deux victoires dans le sac et un podium grâce à Kush Maini.


Intéressant de noter le regain de forme de Grégoire Saucy qui se qualifie P5 et qui termine P7 en Course 1 et qui échoue à la porte des points en Course 2. Il y a eu du mieux sur ce weekend pour le Suisse. Mais bon, vous allez me dire, pas trop compliqué vu la terrible saison qu'il subit...



Le prochain rendez-vous pour ces pilotes est programmé dès la rentrée, en Belgique, pour le début du sprint final qui enchaînera Spa-Francorchamps, Zandvoort et Monza. Dans la dernière ligne droite, on espère que la poignée de pilotes en tête se resserrera, et qu'à la fin, c'est un de nos francophones qui l'emporte !

La FIA Formule 3 en bref.

Qualification – Pole position de A. Smolyar.

| A. Leclerc P4, G. Saucy P5, V. Martins P8, I. Hadjar P10.

Course 1 – Victoire de C. Collet, suivi de F. Colapinto et de K. Maini.

| I. Hadjar P4, V. Martins P6, G. Saucy P7, A. Leclerc P27.

Course 2 – Victoire de A. Smolyar, Z. Maloney et de O. Bearman.

| A. Leclerc P8, V. Martins P10, G. Saucy P11, I. Hadjar P18.



+ Un championnat qui bat son plein, des leaders un poil en retrait et des poursuivants qui s'illustrent !

+ Deux courses très intéressantes à suivre. La pluie aura bien aidé à dynamiser les épreuves, mais globalement, c'était très sympa.

+ Arthur Leclerc démontre tout son talent...


– ... mais démontre aussi qu'il n'a peut-être pas encore la maturité de franchir le cap de la Formule 2.

– La pluie aura démontré un certain écart de niveau entre des pilotes : ceux qui savent utiliser des trajectoires pluies, et les autres. Des bases pourtant du pilotage.

– Christian Mansell, pilote venu de l'Euroformula Open (qui joue le titre dans ce championnat) n'était nulle part. Oliver Goethe, lui aussi issu de l'EFO, aura été plus intéressant à suivre, mais auteur d'une Course 2 catastrophique. Oui, c'est un prétexte pour taper gratuitement sur l'Euroformula.


Vers Pré-Grille



FRECA.

Sur l’un des plus mythiques circuits au monde, la Formule Régionale Alpine tenait le 7e rendez-vous de sa deuxième saison. Classé 4e et 14e l’an dernier sur ce même circuit de Spa-Francorchamps, Dino Beganovic a cette fois triomphé le Vendredi, avant de remonter sur le podium lendemain. Clairement pas le plus rapide, même battu par son coéquipier sur l’une des Qualifications, le Suédois a montré qu’il était le patron du championnat, après une errance bien brève au meeting précédent en Hongrie.


Les autres candidats au titre ont échoué à faire de même. Gabriele Minì s’est totalement manqué sur une qualification, et a été disqualifié de la course à laquelle il avait terminé à la deuxième place. De très gros points se sont envolés pour l’Italien. À 41 points de « Dynamite Dino », le titre est encore jouable, mais assez hypothétique. Rapide en Qualifications mais transparent en course, Paul Aron n’a pas pesé sur les débats. Kas Haverkort, lui, est simplement passé à côté de son weekend...



Le Français Hadrien David semblait le plus rapide sur tout le weekend. Mais un changement de moteur pour la course de Vendredi, l’a forcé à une remontée impossible depuis la dernière place. Le lendemain, il passait la ligne d’arrivée en vainqueur, avant de perdre une position pour dépassement sous Safety Car... Un weekend très frustrant. Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, et c’est son coéquipier Gabriel Bortoleto qui a ainsi empoché sa première victoire, l’équipe R-ace GP décrochant son premier doublé de l’année après un début d’année compliqué.

Mais c’est bien du côté d’Owen Tangavelou, et surtout de Sami Meguetounif, que les fans français peuvent trouver des motifs de satisfaction. Le premier nommé a fini les 3 dernières courses dans les points avec sa nouvelle équipe RPM, qui passe 8e au championnat Equipes grâce à son pilote français. Enfin, Meguetounif a repris le rôle de leader chez MP après le départ de Belov pour la Russie, en décrochant son premier podium depuis 2020. Le rookie français a « enfin su mettre tout bout à bout sur un weekend » selon ses propres dires. Reste à confirmer sur les prochains weekends !

Comme la F1, la F2, la F3, la FRECA s’accorde sa pause estivale. Nous retrouverons les 12 équipes et les (environ) 35 acteurs de ce championnat sur le Red Bull Ring à la deuxième semaine de Septembre !



La FRECA en bref.

Qualifications – Poles positions de D. Beganovic et de P. Aron.

| S. Meguetounif P4 et P14, H. David P12 et P2, J. Düfek P14 et P12, E. Masson P17 et P21,

O. Tangavelou P18 et P6, M. Capietto P20 et P20, V. Bernier P21 et P29, A. Gnos DNS.

Course 1 – Victoire de D. Beganovic, suivi de S. Meguetounif et de E. Barrichello.

| O. Tangavelou P9, J. Düfek P10, V. Bernier P15, E. Masson P17, H. David P18,

M. Capietto P19.

Course 2 – Victoire de G. Bortoleto, suivi de H. David et de D. Beganovic.

| O. Tangavelou P9, S. Meguetounif P11, M. Capietto P16, V. Bernier P17, J. Düfek P21,

E. Masson P22.



+ Meguetounif et Tangavelou : les belles surprises françaises !

+ Eduardo Barrichello qui lance enfin sa carrière en Europe après une saison et demie anonyme.

+ Beganovic qui reprend le large au classement.


– Hadrien David, pilote le plus rapide du weekend, mais sans victoire. Une grosse occasion manquée.

– Gabriele Minì a perdu gros dans la course au titre avec sa disqualification.

– Premier meeting compliqué de Masson chez ART. L’apprentissage doit continuer.


Vers Pré-Grille



W Series.

L'impensable est arrivé en W Series ! Jamie Chadwich était, pour l'espace de deux jours, Jamie Chad-weak (désolé...). Plus sérieusement, la Britannique n'a inscrit son nom si au sommet de la feuille des temps en Qualifications, ni sur celle de la course. Une première cette saison, et une première en W Series depuis la mi-saison dernière. Comment on explique cette méforme ? Un rythme absent tout le weekend, inexplicable, mais assumé par la future championne de la catégorie, qui s'est réjoui de (tout de même) terminer P2 en course.


Ce weekend c'est donc Alice Powell qui rafle tout : pole position et victoire. Elle remonte donc au classement général, et se hisse derrière la leader. Elle est d'ailleurs à égalité de point avec Beitske Visser, troisième en Hongrie. Abbi Pulling dégringole au classement malgré une P5 correcte, puisqu'elle est désormais quatrième au général. Mais ce qui est intéressant pour nous pour la suite de la saison, c'est donc cette lutte honorifique pour la place de dauphine, et pour le podium des W Series, puisque les trois femmes ne se tiennent qu'en 3 petits points !



Derrière, la lutte pour le top 8, synonyme d'assurance de participer à la prochaine saison de la catégorie, fait elle aussi rage. Marta Garcia termine P4, ce qui lui permet d'intégrer ce top 8, à seulement deux petites longueurs devant la Suissesse Fabienne Wohlwend. Jessica Hawkins est une unité derrière après un weekend à oublier, dès le Vendredi, où elle a d'ailleurs été puni en Essais... Oui oui, elle a été contrainte de rester 5 minutes aux stands pour de trop nombreuses sanctions pour des tracks limits...



Enfin, toujours en retrait, les nombreux incidents auront profité à Juju Noda qui, également grâce à un bon pilotage et à un rythme de course intéressant, a marqué ses premiers points en Hongrie ! Deux unités dans le sac, ce qui la place première du trio de rookies que l'on observe depuis le début de la saison, mais qui déçoit depuis (Noda, Bustamante, Chambers).



Prochain rendez-vous pour les W Series, en ville, à Singapour, manche qui vient remplacer celle prévue au Japon. On est curieux de voir ça...



Les W Series en bref.

Qualification – Pole position de A. Powell.

Course 1 – Victoire de A. Powell, suivi de J. Chadwick et de B. Visser.



+ C'est rafraîchissant de voir une autre pilote que Jamie Chadwick s'imposer. Honnêtement, on n'y croyait pas cette année.

+ Encore une fois, une course très correcte pour les standards des W Series. De la bataille, des dépassements, de l'action.

+ Les premiers points de Juju Noda !


– Beaucoup trop d'erreurs, beaucoup trop de fautes, beaucoup trop de mauvais choix des pilotes dans leurs manoeuvres.

– Une direction de course à la ramasse, qui aura mis environ 5 minutes (sur une course de 30 minutes) à sortir une Safety Car pour une voiture arrêtée à l'entrée des stands.

– On le dit, on le redit, mais un niveau globalement très faible... Jamie Chadwick ne gagne pas, avec un tour de plus (ou sans les Safety Car), c'est elle qui s'impose.


Vers Pré-Grille



FFSA Formule 4.

Elle aussi au cœur de la Wallonie, la Formule 4 française a eu droit à un meeting un peu particulier. Encore une fois, Hugh Barter a dominé ce weekend, avec deux victoires sur les deux courses principales. Rien d’anormal me direz-vous. Mais voilà, l’Australien n’a marqué aucun point, pour avoir roulé sur ce circuit en F4 espagnole plus tôt cette année, et a vu ses adversaires réduire l’écart au classement.

Le trio de chasseurs a vécu un weekend assez similaire, Arao, Giusti et Vayron enchaînant les podiums et les tops 5. Tous les trois derrière Barter, on a quand même eu le sentiment de voir Arao et Giusti un cran devant Vayron, plus en retrait. Rien d’irrémédiable, mais c’était la tendance du weekend. Ainsi, Barter reste en tête du championnat, mais voit son avance fondre à 21 points devant Arao, 25 points sur Giusti, et 40 sur Vayron. L’Australien devra vivre un autre weekend « sans » à Valencia plus tard dans l’année. La lutte pour le titre est loin d’être terminée.

En dehors de la lutte pour le titre, le Colombien Jeronimo Berrio a vécu un weekend si prometteur, mais si frustrant. Il a confirmé la progression observée à Pau, puis Magny-Cours, en luttant cette fois-ci d’égal à égal avec Arao et Giusti. Mais un drive-through pour dépassement sous drapeau jaune sur Giusti dans le dernier tour en Course 1, puis un crash au Raidillon en Course 3 causé par un autre pilote, ont fait que le Colombien n’a pu vraiment concrétiser. Un nouveau podium en Course 2 (en partant 7e), récompense tout de même ses efforts.

Enzo Peugeot a réalisé un nouveau weekend plein, avec sa première victoire à la faveur de la grille inversée, et un top 5 en course principale. Seule ombre au tableau : il n’est clairement pas exempt de tout reproche sur le crash de Berrio au Raidillon. Chez les autres pilotes, Romain Andriolo a encore bénéficié de la grille inversée pour remonter sur le podium. Louis Pelet a étonné tout le weekend, avec deux tops 6 sur les deux courses principales. Le grand perdant du weekend est Pierre-Alexandre Provost qui n’a pas scoré en Belgique, et qui voit Peugeot, Nomura, Berrio et Cabanelas lui passer devant.

Prochain rendez-vous de la FFSA F4 ? Comme la FRECA, ce sera sur le weekend du 9 au 11 Septembre, sur le tortueux circuit de Lédenon au dénivelé démentiel !



La FFSA F4 en bref.

Qualifications – Poles positions de H. Barter.

Course 1 – Victoire de H. Barter, suivi de A. Giusti et de E. Vayron.

Course 2 – Victoire de E. Peugeot, suivi de R. Andriolo et de J. Berrio.

Course 3 – Victoire de H. Barter, suivi de S. Arao et de A. Giusti.



+ Arao et Giusti reviennent sur l’imbattable Barter… on pourrait avoir une sacrée lutte pour le titre.

+ Peugeot et Berrio sont définitivement les meilleurs rookies de l’année.

+ Grosse progression de Louis Pelet et de Mateo Villagomez.


– Elliott Vayron régulier, mais un léger cran en-dessous d’Arao et Giusti. Le titre s’éloigne.

– Lecertua a un peu déçu à domicile, on attendait un peu plus.

– Pas d’écran géant sur la tribune entre la Source et le Raidillon pour la course de F4, c’est pas cool.


Vers Pré-Grille

PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook