• T.L. | P.W.

Débrief Juniors : FIA F2, FIA F3, Karting.


https://twitter.com/FIAFormula3/status/1566337718690398210 | Formula Motorsport Limited.
https://twitter.com/FIAFormula3/status/1566337718690398210 | Formula Motorsport Limited.

Un weekend animé lors des séances de Qualifications et bien plus calme lors des courses était à prévoir. Bingo... Des courses d'un ennui fou, principalement marquées par des sorties de pistes, des accidents, et des bêtises, plutôt que par des dépassements, de la bataille et des manœuvres spectaculaires. Heureusement, il y en a tout de même eu quelques-unes...


FIA Formule 2.

Ce meeting de Formule 2 est peut-être le pinacle de cette saison. Il n'y avait rien de bon ce weekend. Une séance de Qualification dominée par Drugovich, un Théo Pourchaire dans le mur, et d'ores-et-déjà peu de suspens pour le reste du weekend. Samedi et Dimanche, même constat, avec deux courses bien trop longues, où à part des excursions dans les graviers et des morceaux de carbone volants, on n'aura rien eu à se mettre sous la dent.



Parlons d'entrée de jeu du grand gagnant du weekend et du très probablement futur Champion de Formule 2 : Felipe Drugovich. C'est encore un meeting de très grande classe pour le Brésilien qui s'offre donc la pole et la victoire en course principale. Un excellent résultat sublimé par le très mauvais weekend de Théo Pourchaire qui ne marquera qu'un seul petit point. Si son nom n'est que peu évoqué dans les rumeurs d'un volant en Formule 1, il devrait rapidement rentrer en considération avec une saison comme la sienne, et un titre qui, normalement, devrait lui ouvrir les portes de la catégorie reine. Ayant refusé une offre pour rouler en IndyCar, on est en droit de se demander s'il n'y avait pas une bonne raison...


Nous l'avons évoqué, développons le cas Pourchaire. Ce weekend, ce n'est ni la mécanique, ni la malchance qui a frappé le Français, c'est une erreur de pilotage qui le met dans le mal. Une faute en Qualifications qui l'envoie dans le mur et qui lui ruine d'avance le reste de son weekend. Une seconde faute en course sprint, sans réelle gravité puisque sur un tracé comme Zandvoort, il ne fallait pas espérer remonter bien haut. Il aurait cependant pu, le lendemain, avec une stratégie décalée et audacieuse, comme il en a le secret, mais là les faits de courses ont entièrement joué en sa défaveur. Avec désormais 70 points le séparant de son adversaire pour le titre, aller décrocher cette couronne semble impossible...



Parmi les autres belles performances du weekend, on peut noter la surprise Amaury Cordeel, P12 en Qualifications, ce qui lui permet, grâce aux faits de courses, d'hériter de la P6 en Course 2, Dennis Hauger, P3 et P4, sûrement le plus solide et régulier du séjour, Richard Verschoor qui monte sur un podium à domicile, Ayumu Iwasa lui aussi sur le podium en Course 2, Marcus Armstrong, impérial en Course 1 pour aller chercher une belle victoire devant un Clément Novalak lui aussi à l'origine d'un très bon meeting.



Mais malheureusement, c'est à peu près tout ce qu'il y a de positif à retirer de ce weekend... Car au-delà des nombreuses excursions hors-pistes de Jehan Daruvala et des erreurs dans les stands des équipes (Campos et UNI par exemple), c'est, encore une fois, la bêtise et le faible niveau du plateau qui a été remis sur le devant de la scène... C'est simple, depuis son retour sous l'appellation « Formule 2 », on est très clairement sur la pire saison du championnat.


Des pilotes dangereux, des changements de ligne dans les zones de freinages, aucune place de laissé à son adversaire, des coups de volants sur des sursauts d'orgueil pour savoir qui est devant qui ALORS QU'ON EST SOUS SAFETY CAR, et surtout, une relance de Safety-Car désastreuse qui coûte la course de trois pilotes... On sait qu'il est dangereux d'attendre la ligne de départ/arrivée pour relancer une course, mais c'est ce qu'a décidé de faire Lawson en Course 2. C'est son droit. Mais un effet accordéon ajouté à des pilotes pas forcements concentrés, à des pilotes qui visent une entrée aux stands la plus rapide possible, et à des pilotes qui accélèrent alors que le rythme est toujours très lent, bah ça termine forcément mal... Doohan perd de très gros point sur ça, Novalak perd des points également sur ça, et Tatiana Calderon, à cause de cela, n'aura terminé aucune course du weekend, puisqu'elle s'était mise dans le bac à graviers la veille. C'est ridicule de voir ça en Formule 2 quand dans les autres catégories Juniors, pourtant alimentées par de nombreuses Safety Car, tout le peloton sait se tenir à carreau...



La FIA Formule 2 en bref.

Qualification – Pole position de F. Drugovich.

| C. Novalak P10, A. Cordeel P12, T. Pourchaire P16, R. Boschung P21.

Course 1 – Victoire de M. Armstrong, suivi de C. Novalak et de D. Hauger.

| A. Cordeel P12, R. Boschung P17, T. Pourchaire P20.

Course 2 – Victoire de F. Drugovich, suivi de R. Verschoor et de A. Iwasa.

| A. Cordeel P6, T. Pourchaire P10, R. Boschung P17, C. Novalak DNF.



+ Felipe Drugovich est juste sur une autre planète. Il est régulier et s'envole vers le titre.

+ Dennis Hauger aura été le plus impressionnant ce weekend. C'est bon signe de le voir réaliser ce genre de weekend, peut-être en prémices de l'an prochain.

+ Clément Novalak auteur d'un très bon weekend...


– ... jusqu'à ce que la débilité et l'incompétence du plateau de Formule 2 reprenne le dessus. Deux accidents sous Safety-Car, sérieusement.

– Un beau tracé, de belles images, mais des courses chiantes comme la mort.

– Théo Pourchaire, encore une fois au travers, et cette fois-ci, ce n'est pas la fiabilité qui est en cause.


Vers Pré-Grille



FIA Formule 3.

La Formule 3 a renoué avec son Histoire à Zandvoort. Lieu historique des Masters de Formule 3, le sinueux circuit néerlandais a offert un joli spectacle en Qualifications et lors de la course principale.

Vainqueur l’an passé, Victor Martins n’a pas récidivé cette année, mais émerge du classement du championnat en tête. Premier en Essais Libres, deuxième de Qualifications interrompues par un drapeau rouge, très rapide en course sprint, le Français a même pris le commandement de la course principale. Il n’a cependant pas pu contenir Zane Maloney, et a du se satisfaire des 18 points de la deuxième place. Avec cinq points d’avance sur son plus proche concurrent, il abordera l’ultime manche à Monza en tant que leader unique de la F3, pour la première fois de la saison depuis Budapest.

Isack Hadjar a vécu un 8e meeting très solide, mais peut-être paradoxalement à l’opposé de celui de son compatriote, tout du moins dans la construction de son weekend. Très loin en Essais Libres, le pilote Red Bull a trouvé la solution dans son dernier tour de qualification pour arracher un 6e temps. Après une course sprint un peu laborieuse (P6 mais rythme moyen), Isack a clairement trouvé la solution sur son Hitech (P5 après une excellente course). Son équipe était très loin du compte ce weekend, mais il n’a pas baissé les bras et a marqué 15 précieux points. Au moment du décompte final, le dimanche soir à Monza, cela pourrait faire la difference.

À plus de 17 points de Martins, on retrouve un quatuor regroupé en huit points. Quatre pilotes aux tendances bien différences. Stanek, 3e, n’est pas le pilote le plus éblouissant, mais reste l’un des plus réguliers avec 13 unités inscrites à Zandvoort. Ollie Bearman, a joué de malchance lors des Qualifications, où son tour qui l’aurait placé 6e ou 7e n’a pas été comptabilisé, un drapeau rouge étant brandi quelques secondes auparavant. Le Britannique a par la suite réalisé de jolies remontées, suffisantes pour sauver un seul petit point...

Zane Maloney, 5e, est la très belle surprise de la fin de saison. Le Barbadien de Trident a enfin trouvé la solution pour tout réunir après des premiers meetings chaotiques. Victorieux et poleman pour la seconde fois de la saison, attention à ne pas l’écarter du titre. La tendance est totalement contraire à celle de Maloney pour Leclerc. Lointain 20e des Qualifications (sans le drapeau rouge, il aurait été 15e environ), ses remontées n’ont pas été aussi brillantes que celle de son jeune coéquipier Bearman. Le titre s’éloigne, la F2 chez Prema aussi...

En dehors de la course au titre, très belles performances de Juan Manuel Correa qui est monté sur le podium pour la première fois depuis 3 ans, lorsqu’il avait accompagné Anthoine Hubert au Castellet. Le Rookie Zak O’Sullivan a encore hissé sa modeste Carlin sur ce même podium en course sprint. On a hâte de le voir dans une meilleure équipe. Enfin, après Oliver Goethe, la belle surprise du weekend est son remplaçant de chez Campos, Sebastian Montoya. Le fils de Juan Pablo a maîtrisé tout son weekend, et écrasé ses coéquipiers. Même s’il sera absent à Monza à cause de la FRECA, on veut très vite le revoir en F3.

Dans une semaine, la Formule 3 sera terminée, et on connaîtra le dénouement de cette fantastique saison. Dans le Temple de la Vitesse, tout est possible…

La FIA Formule 3 en bref.

Qualification – Pole position de Z. Maloney.

| V. Martins P2, I. Hadjar P6, G. Saucy P11, A. Leclerc P20.

Course 1 – C. Collet, suivi de JM. Correa et de Z. O’Sullivan.

| G. Saucy P5, I. Hadjar P6, V. Martins P7, A. Leclerc P12.

Course 2 – Victoire de Z. Maloney, suivi de V. Martins et de F. Colapinto.

| I. Hadjar P5, A. Leclerc P14, G. Saucy DNF.



+ Martins et Hadjar reprennent les devants au championnat.

+ Sebastian Montoya, quels débuts de folie pour le fils de Juan Pablo !

+ Zane Maloney qui finit très, très fort cette saison. Il est toujours en lice pour le titre.


– Prema et Leclerc ont sombré ce weekend. Bearman et Crawford ont sauvé ce qui était sauvable.

– Une course sprint totalement soporifique. On a le sentiment que la grille inversée a un peu donné des points gratuits à certains.

– Plus qu’un weekend et c’est déjà la fin...


Vers Pré-Grille



Championnats du Monde de karting.

Quatre champions du monde dont trois Français ! Le clan tricolore aura régalé à domicile, sur le circuit Alain-Prost du Mans, pour le grand retour des championnats du monde de karting en France.

Honneur aux jeunes, commençons par la plus grande révélation du weekend, Arthur Dorison (13 ans) ! Le jeune Normand engagé en FIA Academy Trophy, sorte de championnat des Nations regroupant 54 pilotes de 54 fédérations nationales différentes, entamait le weekend en 3e position au classement. Plus rapide en Qualifications, il dominait ses manches qualificatives, avant de dégringoler dans le classement à cause d’un problème mécanique dans le tour de formation lors de son avant-dernière course qualificative. Au cumul de toutes ces manches, cela forçait le Français à l’exploit, en partant de la 12e position pour la Finale.

Cet exploit, il l’a fait. Propulsé 8e au départ, il a dépassé un à un tous ses adversaires, y compris son rival pour le titre le Luxembourgeois Guillaume Bouzar, pour prendre le commandement de la Finale et devenir le premier Français à remporter le FIA Academy Trophy, compétition créée en 2010. Les meilleures performances françaises avaient été celles d’Anthoine Hubert en 2010 et de Macéo Capietto en 2020. Dorison a fait mieux, et succède au palmarès à des pilotes comme Charles Leclerc, Richard Verschoor ou encore Mari Boya.

Chez les professionnels, dans la catégorie-reine en KZ, c’est le Suédois Viktor Gustafsson qui a pris le meilleur devant le Champion du Monde 2021 Noah Milell, et le champion du 2020, le Français Jérémy Iglesias ! Emilien Denner finit sixième. L’Alsacien avait sûrement le rythme pour un podium, mais son unique erreur à la fin de l’une des manches qualificatives a finalement compromis son weekend. Ce n’est sûrement que partie remise pour lui.

En KZ2, nouveau cocorico, avec Arthur Carbonnel (20 ans) qui a écrasé la Finale et les manches qualificatives, en s’imposant avec 4 secondes d’avance. Le Français succède ainsi au palmarès à ses prestigieux compatriotes Dorian Boccolacci (2013), Thomas Laurent (2015) ou encore... Emilien Denner (2019). Le protégé Red Bull Arvid Lindblad termine sur le podium final, avant ses prochains débuts en F4. Excellente performance du tricolore Mattéo Spirgel (15 ans), 7e de la Finale.

Enfin, nous avons eu droit à un doublé français en KZ2 Masters, la catégorie réservée aux plus de 35 ans, avec Thomas Letailleur et Eric Ramon qui deviennent les premiers champion et vice-champion de l’Histoire de cette discipline, bravo à eux !

On reparlera de karting dans deux semaines, à l’occasion des championnats du monde OK et OK-Junior (pas de boîte de vitesses, départ lancé, etc.). La meilleure chance française, Enzo Deligny, était d’ailleurs très occupée ce weekend avec deux journées d’essais sur la piste de Sarno en Italie. On a hâte !



Vers Pré-Grille


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook