• T.L.

F1 Esports Series : Event 3.


https://the-race.com/gaming/opmeer-bounces-back-with-win-as-longuets-drs-gamble-fails/
https://the-race.com/gaming/opmeer-bounces-back-with-win-as-longuets-drs-gamble-fails/

Les F1 Esports Series ont, cette semaine, passé le cap de la mi-saison. Une saison qui, comme pour sa sœur réelle, est extrêmement serrée et nous offre des luttes impressionnantes à tous les niveaux. Avant de participer à la grande finale, mi-décembre, qui déterminera les Champions Pilotes et Constructeurs, retour sur ce troisième Event qui ne nous a pas permis d'y voir plus clair... Mais qui nous aura régalé comme toujours.



Cet Event 3 ne nous a pas éclairé pour la suite pour la simple et bonne raison que non pas avoir un pilote un peu en avance sur les autres, ils sont désormais trois à se tenir dans un mouchoir de poche... Jarno Opmeer reste leader à l'issue de ces trois courses, mais il est rejoint par le toujours surprenant Lucas Blakeley, et le renaissant Frederik Rasmussen. Seulement huit petits points englobent ce trio de tête. Tout reste donc à faire pour les trois dernières courses de la saison. Si Opmeer et Blakeley ont chacun gagné une course cette semaine, c'est pourtant la régularité de Rasmussen qui me frappe, avec trois seconde places. Le Danois aura profité d'une stratégie décalée à Portimao pour remonter dans le field et terminer derrière un Lucas Blakeley dominant, d'un super départ à Zandvoort pour s'assurer un résultat solide sur un tracé où il a été très difficile de doubler, et d'une petite erreur de jugement de Nicolas Longuet à Austin pour lui voler sa seconde place dans le dernier tour. De leur côté, Opmeer et Blakeley auront souffert d'un petit peu moins de régularité, qui leur coûte éventuellement de gros points. Pour le premier, les deux courses du Mercredi soir ont été difficiles, avec des résultats hors du Top 5, avant d'aller remporter brillamment la manche du Jeudi soir. Pour le second, c'est l'inverse, puisqu'il réalise deux podiums Mercredi, et termine plus loin le lendemain.


Si la lutte au classement des Pilotes est acharnée, elle l'est un petit peu moins au classement des Equipes. En effet, Mercedes et Red Bull arrivaient pour cet Event 3 à égalité. Ils repartent l'un derrière l'autre, avec une vingtaine de points d'écart. La faute à un Marcel Kiefer totalement absent des débats sur les trois courses de la semaine : P9, P10, P9. Des résultats qui contrastent bien trop avec ceux de son coéquipier. Pourtant, on sait qu'il n'est pas un mauvais pilote, bien au contraire. Mais dans cette lutte très serrée, c'est le meilleur état de forme de Dani Moreno qui permet à Mercedes de prendre l'avantage. Avec une victoire à son actif, une P4 et une P7, ses performances sont bien meilleures, et offrent des points importants à son équipe.


On a parlé de nos trois vainqueurs de la semaine, et de presque tous les pilotes ayant terminé sur le podium. Presque, puisqu'il nous reste à parler d'Alpine, et de son Event. Ce fut mitigé, comme depuis le début de la saison finalement. L'équipe semble avoir le rythme, elle a un duo de titulaires très solide, et Patrik Sipos fait le travail quand il s'agit de prendre le relai pour l'un ou l'autre des pilotes. Mais encore une fois, les deux voitures ne semblent pas sur le même rythme. Quand l'une termine devant, l'autre termine derrière. Et inversement. Démonstration parfaite avec Fabrizio Donoso qui s'offre un podium à Portimao quand Nicolas Longuet est hors des points. Inversement aux Etats-Unis, où le Français termine P3, bien devant Patrik Sipos, P16 (il aura été pris dans un accrochage en début de course, mais il ne semblait pas ne mesure de faire bien mieux). Et on ne va pas parler de Zandvoort, où la meilleure des deux voitures aura terminé au huitième rang... Difficile d'avoir une explication de ces résultats en dents de scie, et comme vous pouvez le constater, notre Soron national n'étant pas le rédacteur de ces articles pour l'Event 3 (emploi du temps personnel incompatible), je n'ai pas d'insides croustillant à partager. Mais pas de panique, nous devrions avoir une explication lors du prochain Lobby...


On continue sur une note assez négative, avec Ferrari. Que se passe-t-il pour cette équipe qui a pourtant l'un des line-up les plus prometteur et vendeur de cette saison ? On a eu à deux reprises l'impression que les deux monstres que sont Tonizza et Leigh s'étaient réveillés, puis finalement, ce n'était que de fausses alertes... Le premier n'a pas été aidé par le dernier tour à Portimao, où il s'est retrouvé complètement passif face aux autres pilotes qui avaient conservé du capital pneumatique et ERS pour les derniers tours. Le second aura à un deux ou trois moments sur les courses, sorti les crocs, mais pour ne terminer qu'à une P9 comme meilleur résultat... Assez incompréhensible...


Et tout aussi incompréhensible de voir Daniel Bereznay végéter en seconde partie de grille. Pour l'un des artisans majeurs des titres de Leigh et du titre d'Opmeer, c'est très surprenant et tout aussi décevant. C'est un excellent metteur au point, il est régulier en course et est capable d'optimiser ses stratégies, mais cette saison ne semble tout simplement pas être la sienne. Honnêtement, la seule raison que je peux voir, c'est qu'il n'arrive pas à se familiariser au jeu de cette année. Parce que c'est réellement une surprise de le voir si éloigné des débats. Toujours aucun point à son actif...


Tout comme Haas d'ailleurs qui n'a pas progressé depuis l'Event 2. L'équipe semble même avoir perdu la progression opérée entre les deux premiers rendez-vous... On rappelle que ce n'est qu'une saison d'apprentissage pour la structure gérée par R8G Esports, l'équipe de Romain Grosjean, mais un petit point avant la fin de la saison serait un bon signe, et une forme d'encouragement pour la ou les saisons à venir.



Vers Lobby


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook