• T.L.

Pré-Grille : Turquie 2021.


https://fr.techtribune.net/sports/gp-de-turquie-le-guide-f1-de-karun-chandhok-sur-le-retour-distanbul-park/50566/
https://fr.techtribune.net/sports/gp-de-turquie-le-guide-f1-de-karun-chandhok-sur-le-retour-distanbul-park/50566/

L'an dernier, la Turquie était une manche de secours, venue quasiment au dernier moment allonger un calendrier très mince. Cette année, l'Istanbul Park fait son retour, encore une fois avec un rôle d'intérimaire. Mais comme nous l'a démontré l'édition 2020, ce tracé n'est pas mythique pour rien. On pourrait s'attendre à un weekend très spectaculaire, surtout si la pluie, encore et toujours elle, vient se mêler à la fête...



Aux sommets, on aura notre épique bataille pour la tête du championnat. D'un côté Lewis Hamilton, de l'autre Max Verstappen. Le premier reviendra sur le tracé qui l'aura vu égaler Michael Schumacher l'an dernier, quand le second aura inévitablement envie de se réconcilier avec une piste qui ne lui avait fait aucun cadeau. Et encore une fois, la lutte devrait être ultra serrée. Mais encore une fois, c'est un tracé un poil plus typé pour les Mercedes, et donc à l'avantage de Lewis Hamilton. Mais cela ne veut pas dire que le Britannique sera favori. Bien au contraire. A vrai dire, il n'y a même aucun favori, tant les batailles sont toujours très serrées. Encore une fois, la stratégie et donc les résultats des deux coéquipiers seront déterminants. Donc Valtteri Bottas et Serio Perez ont gros à jouer. Même s'ils ne sont pas directement dans cette lutte, ils en font bel et bien partie. Et quand l'on se penche sur les dernières courses, c'est très mitigé. Le Finlandais était sur une autre planète à Monza avant de s'effondrer lamentablement à Sotchi, quand le Mexicain n'était nulle part en Italie pour délivrer une course dont lui seul a le secret en Russie. Bottas avait par ailleurs été on ne peut plus en difficulté en Turquie l'an dernier, espérons pour lui que 2021 soit différent.


Peu importe les conditions, il faudra tout de même se méfier des deux flèches orange qui poursuivront ces hommes de tête. Depuis quelques courses, McLaren fait figure de Top Team, au moins dans ses performances. Lando Norris est toujours dans sa propre dimension, quand Daniel Ricciardo semble parvenir à s'habituer à sa monoplace. Si l'on ajoute cela à leurs talents, et aux performances pures de la voiture, on obtient un mélange explosif ! Si en plus de ça, la pluie s'en mêle, McLaren pourrait encore une fois faire figure de favoris. Et ça contraste bien avec les Ferrari, lâchées au Classement des Constructeurs. Et pour ne pas rassurer les Tifosis, ce weekend turc ne présage rien de bon... C'est un circuit rapide, aux virages en appui, tout ce dont cette monoplace rouge a peur. Et bien que les deux pilotes à son bord soient de très haut niveau, et réalisent tous les deux une bonne saison, il sera difficile de réaliser un exploit ici. Là encore, la seule solution serait la pluie.


Une pluie qui s'était donc abattue en masse sur le tracé d'Istanbul l'an dernier, et qui avait très grandement profité aux Racing Point, devenues depuis Aston Martin. Alors qu'on soit clair, pluie ou pas, cette année, il ne faudra pas s'attendre à voir Lance Stroll en pole position... Désolé à tous nos lecteurs du Québec... Il sera d'ailleurs difficile, comme souvent, de jauger ce midfield. On devrait retrouver en avant Pierre Gasly et Fernando Alonso, qui se dessinent comme les deux pilotes les plus en forme de ce groupe, suivis peut-être d'un George Russell sauvage, ou d'une Alfa Romeo surprise. C'est, selon moi, entre ces quatre entités que le passage en Q3 se jouera. On peut ajouter à l'équation une Aston Martin, en fonction des conditions, mais les autres devraient avoir plus de difficulté. En tant que parfait chauvin, espérons quelques gouttes de pluie, pour permettre à Esteban Ocon de briller, et de se hisser dans ce top 10 qui semble si difficile d'accès.


Enfin, au fond de la grille, il y aura les Haas.



Qui a le plus à perdre ?

Lewis Hamilton. Depuis Zandvoort, où son moteur avait subi de grosses pannes, la pénalité d'un nouveau bloc moteur plane au-dessus du Britannique. Mercedes se dit confiant pour aller au bout de la saison comme ceci, et souhaite donc pousser le moteur actuel de Lewis Hamilton jusqu'au bout de ses performances. Si cela fonctionne, c'est très certainement un gros coup stratégique qui facilitera l'accès au titre. Si cela échoue, c'est un Malaisie 2016 bis, et Lewis Hamilton perdra de très gros points. Parce qu'en plus d'abandonner, il devra changer de moteur, et donc partir du fond de grille tout de même. Une double peine qui, à coup sûr, lui coûterait le titre...



Qui a le plus à gagner ?

Antonio Giovinazzi. Que de retournements de situation dans ce dossier pour le baquet Alfa Romeo ! Alors qu'il semblait promis à Zhou, ce dernier semble trop gourmand sur la durée de son contrat. Deux choix s'offrent alors à Alfa Romeo, en attendant 2023, et une promotion de Théo Pourchaire en Formule 1 : Oscar Piastri, leader du championnat de Formule 2, et Antonio Giovinazzi, pour une saison supplémentaire. Là où ses performances en Qualifications étaient excellentes depuis quelques courses, ce sont ses résultats en Course qui effrayaient les dirigeants. Sotchi lui aura mis un énorme plomb dans l'aile, mais ce revirement de situation peut être sa bouée de secours. Affaire à suivre...



Programme.

VENDREDI

Essais Libres 1 – 10h30 – CANAL+ Sport

Essais Libres 2 – 14h00 – CANAL+ Sport

SAMEDI

Essais Libres 3 – 11h00 – CANAL+ Sport

Qualifications – 14h00 – CANAL+

DIMANCHE

Grand-Prix – 14h00 – CANAL+

58 tours


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook