• P.W.

Pré-Grille Juniors : FFSA F4 2022.


https://www.facebook.com/CircuitNogaro/
https://www.facebook.com/CircuitNogaro/

Coup d’envoi de la 30e saison de la Formule 4 française à l’occasion des traditionnelles Coupes de Pâques de Nogaro ! Avec 24 pilotes pour l’intégralité de la saison, la FFSA F4 entre dans une nouvelle dimension, en doublant presque son nombre de pilotes par rapport à l’année précédente.


Depuis sa création en 1993, le championnat de France de Formule 4 FFSA a révélé des dizaines de pilotes tous aussi talentueux les uns que les autres avec notamment Pagenaud, Duval, Vergne, Estre, Vandoorne, Bourdais ou Montagny dans les années 1990/2000, à l’époque de la Formule Campus. Depuis 2011 et sa mue en championnat de France F4, les pilotes révélés sont tout aussi étincelants, avec Pierre Gasly en tête de gondole évidemment. Mais Hubert, Boccolacci, Yifei Ye, Fenestraz, Martins, Collet, Pourchaire, Chovet, David, Bernier, Iwasa, Hadjar l’ont suivi durant la dernière décennie. L'année 2021 révéla également Esteban Masson, champion, et son grand rival Macéo Capietto. Vous vous doutez bien que 2022 ne devrait pas être en reste.



Pour la première fois et en exclusivité, un journaliste (moi) s’est procuré la feuille des temps de la dernière journée d’essais de FFSA F4, permettant de dessiner une hiérarchie... Entre des redoublants d’ores et déjà favoris pour le titre et des rookies aux dents longues qui rayent l’asphalte, faisons un tour des 24 pilotes de la grille.



Les favoris.

Avant même de regarder à la hiérarchie des essais : cinq favoris naturels ressortent du lot. Tout d’abord, Alessandro Giusti. Champion Juniors l’an dernier, il avait même fait jeu égal avec Masson et Capietto sur les dernières courses. Bonus ? Il a réalisé le meilleur temps des essais de présaison au circuit Bugatti du Mans. Preuve de sa marge de progression, son clan dit qu’il doit encore s’habituer à cette voiture qu’il ne maitrise pas encore parfaitement.

Mais attention, vraiment attention, aux deux Japonais nés en 2005, Souta Arao et Yuto Nomura. Lauréats de la Suzuka Racing School (SRS), les deux Nippons ont surtout rejoint le Red Bull Junior Team pendant l’hiver (et auront donc une livrée hybride avec le bleu France sur le capot moteur et les couleurs Red Bull sur les pontons). Même s’ils n’ont jamais couru en championnat de F4, ils ont réalisé un programme ultra-intensif de tests en monoplace au Japon.

Preuve de la bonne santé de la F4 française, c’est dans ce championnat qu’Helmut Marko a décidé d’envoyer ses deux jeunes protégés pour les jauger à matériel égal face à des pilotes ultra prometteurs. Rappelons que les derniers pilotes de la Suzuka Racing School à avoir roulé en FFSA F4 sont Ayumu Iwasa et Ren Sato… champion et vice-champion en 2020. Pour tempérer les ardeurs, Souta Arao était à la lutte devant, mais Yuto Nomura avait plus de difficultés et entrait tout juste dans le top 10.

Elliott Vayron est un favori de choix aussi. Le simracer de la R8G Esports et finaliste FEED Racing avait impressionné l’an dernier en arrivant dans le championnat en cours de saison et en prenant trois victoires d’entrée de jeu. Avec un peu plus d’expérience, nul doute qu’il visera le titre. Il s’est de plus déclaré satisfait du comportement de la Mygale M21-F4 qu’il trouve finalement assez similaire dans le comportement, aux anciennes M14, mais surtout plus rapides en ligne droites, et plus réactives aux freinages.



Enfin, comment ne pas citer Hugh Barter ? L’Australien reste tout de même le vice-champion en titre. Parmi les plus rapides aux essais, il ne devrait cependant pas pouvoir se battre pour le titre. La raison ? Son double programme en F4 espagnole avec Campos où il roulera à Valence et Spa-Francorchamps (en juin et juillet respectivement) avant les manches de F4 française (quelques semaines plus tard). Le règlement est formel : si un pilote roule sur l’un des circuits du calendrier avant la manche du championnat, il ne pourra pas marquer de points. Ainsi, il n’inscrira aucune unité au classement sur ces deux manches.



Les outsiders.

J’ai parlé des favoris naturels, mais passons maintenant aux outsiders. Les pilotes moins connus, mais qui pourraient en surprendre plus d’un, ou qui ont déjà surpris aux essais au Mans...

Le Français de 15 ans Edgar Pierre est clairement LA révélation de ces essais. Meilleur temps de son groupe (devant Barter et Vayron), Pierre était le meilleur débutant. Après seulement deux petites années de karting où ses principaux faits d’armes ont été une 3e place et une pole position à la Coupe de France Seniors, il a rejoint le giron VictoryLane en fin d’année 2021, ce qui lui permet de s’entraîner avec Victor Martins, Sami Meguetounif, etc. À surveiller de TRES près !

Tous les pilotes Junior de l’an dernier redoublent. Ainsi, le Suisse Dario Cabanelas, vice-champion et 8e au général en 2021, est de retour, et a réalisé l’un des meilleurs temps des essais. Le Français Enzo Géraci a aussi été intéressant et semble avoir beaucoup progressé par rapport à l’an dernier. Le Franco-Luxembourgeois Pierre-Alexandre Provost, protégé de Didier André comme Esteban Masson l’an dernier, s’est amélioré par rapport à l’an dernier, en figure en première moitié de tableau.

Louis Pelet a réalisé d’intéressantes performances aux essais. Il a notamment fini 4e du championnat de France FFSA Junior de karting en 2019 (derrière Masson et Capietto) et a fait un premier meeting de F4 France l’an dernier. Romain Andriolo a remporté de nombreuses courses de karting (IAME X30 Series Nationale, IAME Eurocup…) l’an dernier et réalise de nombreux tests avec Winfield, qui devraient l’aider dans sa campagne 2022.

Pablo Sarrazin sera aussi scruté de très près. Le fils de Stéphane (pilote F1, Formula E, endurance, rallye) a une carrière intéressante en karting au niveau national et avait montré de jolies promesses lors de son unique meeting de F4 à Lédenon l’an dernier. Petites particularités : comme son paternel, Pablo entame également une carrière de rallye en parallèle (niveau Rally4 pour le moment). Il a aussi rejoint pendant l’hiver, le programme de jeunes pilotes de KCMG, équipe hongkongaise de Super Formula. Il était à la lisière du top 10 aux tests.

L’Allemand Max Reis (2007) est le pilote le plus jeune du championnat. Double champion de karting dans son pays, il sera intéressant de voir sa progression pendant l’année. Il figurait déjà dans le top 10 aux essais. (J’essaye de rester objectif sur lui, mais c’est dur de le rester quand le pilote en question et sa famille demandent une photo avec toi pour la publier sur les réseaux sociaux...)


Le ventre mou du peloton.

Plus en retrait aux essais, les pilotes de cette catégorie pourraient toutefois se démarquer à un moment de la saison.



L’un des plus grands espoirs belges du karting, Lorens Lecertua, passe en karting, après une 7e place à la dernière manche du championnat d’Europe OK-Senior. Enzo Richer (quatre meetings) et Luciano Morano (deux meetings) tenteront de s’appuyer sur leur expérience pour continuer leur progression.

Les Ultras de l’Olympique lyonnais et autres amateurs de football retrouveront un nom bien connu avec Lény Réveillère, fils d’Anthony Réveillère, l’arrière droit aux 20 sélections sous le maillot bleu. Lény a notamment fini 7e du dernier championnat de France FFSA Junior de karting. Enzo Peugeot, vainqueur de cette compétition en 2020 devant Vayron, a été très discret depuis son passage en monoplace pour le moment. Peut-être trouvera-t-il un déclic pendant l’année ?

Le Colombien Jerónimo Berrío et l’Equatorien Mateo Villagómez (déjà vainqueur d’une course d’endurance dans son pays) sont deux espoirs de karting qui ont pour point commun d’être entraînés par l’ancien pilote français Vincent Fraisse et font partie de la VF Motorsport Driver Academy.



Les autres...

Encore un peu plus loin du groupe précédent aux essais, nous retrouvons l’Andorran Pol López, ancien pilote du championnat d’Espagne de kart. Le Panaméen Valentino Mini, dernier pilote annoncé, est managé par un certain Giancarlo Minardi, ancien propriétaire de la Scuderia Minardi en Formule 1. Il est monté sur plusieurs podiums en F4 NACAM (Mexique et Amérique du Nord) l’an dernier et devrait progresser par rapport aux tests de la semaine dernière. L’Indien Amir Sayed a quant à lui vécu des essais compliqués. Il a gagné quelques courses dans le très obscur championnat local de LGB F4, évidemment non certifié par la FIA (je vous laisse faire un tour sur internet pour voir la tête de ces voitures).

Enfin, il figure dans une catégorie à part : Antoine Fernande était bon dernier de ces essais à plusieurs secondes de l’avant-dernier et semble très, très loin du compte...



Pré-Grille Juniors : FFSA F4.

Ainsi, cette saison débute à Nogaro sur le circuit Paul-Armagnac. Sur les trois dernières années, les pilotes qui ont ultra dominé cette manche (en gagnant et en signant les deux pole positions), ont remporté le championnat par la suite : Hadrien David en 2019, Ayumu Iwasa en 2020, Esteban Masson en 2021.


Qu’en sera-t-il cette année ? Parmi les pilotes actuels, seuls Barter, Giusti, Cabanelas, Geraci et Provost y ont roulé. Barter y avait remporté sa première victoire, Giusti était monté sur son premier podium, quand Cabanelas avait un rythme intéressant et marquait des points à chaque course. Les autres pilotes ont déjà roulé sur la piste en essais privés et/ou sur simulateur.


C'est un circuit rapide, mais aussi très technique, assez révélateur des forces et faiblesses de chacun. Et on pourra observer ça de nos propres yeux, puisque FORMULA sera sur place...



Programme.

SAMEDI

Essais libres – 08h55

Qualifications – 15h30

DIMANCHE

Course 1 – 10h45

Course 2 – 16h50 Page Facebook de la FFSA

LUNDI

Course 3 – 11h50 Page Facebook de la FFSA



Le pronostic.

Très dur de donner un pronostic. Comme dit précédemment, des favoris se détachent, de par leur palmarès et de par leur expérience. Mais les essais de pré-saison ont rebattu les cartes chez certains. Des pilotes qu’on n’attendait pas forcément étaient au rendez-vous, quand certains ont été plus en retrait. Mais comme cela devient la tradition, je vais me mouiller quand même.


Alessandro Giusti semble sur une lancée folle depuis septembre 2021 et je le vois champion en fin d’année, avec une petite marge devant Souta Arao et Elliott Vayron qui complèteront le podium. Cabanelas prendra la médaille en chocolat, quand Edgar Pierre finira meilleur rookie et en cinquième position. Max Reis montera sur plusieurs podiums, notamment en fin d’année, quand Pablo Sarrazin aura des coups d’éclat trop occasionnels pour viser un classement au championnat.


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook