• T.L. | P.W.

Pré-Grille Juniors : FIA F2, FIA F3.


https://scuderiafans.com/f1-track-stats-facts-and-statistics-about-imola-2021-emilia-romagna-gp/
https://scuderiafans.com/f1-track-stats-facts-and-statistics-about-imola-2021-emilia-romagna-gp/

Après quelques semaines de repos, les deux catégories les plus proches de la Formule 1 sont de retour, ensemble, pour le début de leur tournée européenne. Pour ce faire, c'est donc à Imola que ces deux catégories, pour la première fois de leurs existences respectives, viendront poser leurs valises.


On aura beaucoup d'attente et de pilotes à observer, pour des manches d'ores-et-déjà importantes dans la quête des titres. Et contrairement à la Formule 1, on devrait réussir à avoir de la bataille sur ce tracé. Un mélange qui s'annonce gagnant entre du probable spectacle en piste, dans un cadre on ne peut plus beau et légendaire...



FIA Formule 2.

Du côté de l'antichambre de la Formule 1, on va sérieusement attendre les favoris donnés au début de saison qui, malgré des bonnes performances globales, peinent à monopoliser les premières places du classement.



Liam Lawson est le mieux placé de ses jeunes loups, puisqu'il trône à la deuxième place du classement. C'est d'ailleurs le plus convaincant des prétendants à la couronne selon moi. Il est rapide, appliqué, et est le plus régulier. Après deux premiers meetings très convaincants, il y a fort à parier qu'il faudra l'attendre encore une fois au sommet ici.


Jüri Vips est quant à lui l'actuel 4e au général, et est plus discret que son homologue de la Red Bull Junior Team. Il reste sur une prestation décevante en Arabie Saoudite, qui aurait pourtant pu être, au contraire, un coup d'éclat fabuleux, tant ses deux adversaires désignés ont eu des problèmes. Ce n'est que le début de la saison, et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de voir le titre attribué, mais il faudra que l'Estonien lance sa campagne européenne du mieux possible.


Idem pour Théo Pourchaire, notre dernier favori initial. Tout comme Liam Lawson, Théo Pourchaire est étincelant et prouve que les espoirs placés en lui ne sortent pas de nulle part. Cependant, c'est sa mécanique qui lui joue des tours, puisqu'en deux meetings, c'est au moins autant de problèmes moteurs, et mécaniques plus généralement. Nous avons, bon nombre de fois, parlé de la possible malédiction qui frappe un baquet ART, espérons juste que cette théorie fantaisiste ne soit pas vraie, et qu'elle ne frappe pas Théo.



Celui que l'on n'attendait pas forcément tout au haut du classement, et qui y figure pourtant, c'est Felipe Drugovich. Le Brésilien, dans le calme et la sérénité, a réussi à être le plus régulier de tous les pilotes de la grille. Cette manche à Imola, et les suivantes, seront de parfaits éléments de mesure pour savoir si le retour aux affaires du pilote MP Motorsport est un feu de paille, ou si au contraire, il faudra compter sur lui en fin de saison pour jouer le titre.


Et c'est une donnée d'autant plus importante qu'elle sera liée au second français du plateau : Clément Novalak. Le Français, coéquipier de l'actuel leader au classement, est plus à la peine en ce début de saison. Après un premier meeting compliqué, et un second où un tout petit millième aurait pu tout changer, Clément Novalak doit se rapprocher de Felipe Drugovich. Il est confiant et plutôt content de la progression faite entre les deux premières manches, et on espère bien évidemment qu'il continuera sur cette belle lancée. Comme il l'a dit, les performances de son coéquipier sont la preuve que la vitesse est là. Maintenant, il faut concrétiser.



Une autre réaction que l'on attendra, c'est celle de Prema, et de ses deux pilotes, Jehan Daruvala et Dennis Hauger. Un début de saison très compliqué pour la structure italienne, qui place son meilleur pilote P6 au classement général, et qui se hisse au 7e rang du côté des équipes... Il faut absolument rebondir pour cette équipe mythique, d'autant plus que ce weekend, elle sera à domicile...



Enfin, quelques pilotes que l'on aura à l'œil, pour leur vitesse et les possibilités de résultats qu'ils pourront apporter : Richard Verschoor et Ralph Boschung. Le premier reste sur un bon début de saison, quand le second ne pense pas rester à un tel niveau de performance toute la saison. Le fait est que les deux pilotes sont pour le moment capable de s'immiscer dans les luttes pour les places d'honneur en Qualifications, et pour de très gros points, voire des podiums lors des courses. De parfaits outsiders que l'on se réjouit de voir.


Jack Doohan sera aussi à observer, le pilote de l'Académie Alpine étant peut-être, avec Théo Pourchaire, l'être le plus malchanceux de cette grille. Il a prouvé à deux reprises qu'en vitesse pure, il était parmi les meilleurs. Maintenant, il faut réussir à concrétiser lors des courses, à laisser ce chat noir au garage, et à marquer les points qu'il mérite.



Programme FIA F2.

VENDREDI

Essais libres – 11h05

Qualifications – 15h55 – (En rediffusion à 18h10 sur CANAL+ Sport)

SAMEDI

Course 1 – 17h50 – CANAL+ Décalé

DIMANCHE

Course 2 – 10h10 – CANAL+ Sport



FIA Formule 3.

Comme sa grande sœur donc, la FIA Formule 3 découvre Imola ce weekend. La dernière fois que des F3 s’étaient rendues en Emilie-Romagne, c’était en 2016 avec la F3 Europe, lors d’un weekend ultra dominé par un certain Lance Stroll (Prema), avec deux victoires, trois poles, trois meilleurs tours, et une 2e place. Une autre époque...

Avant de refaire l’état des lieux du championnat, plusieurs changements de pilotes sont à noter depuis Bahreïn. Tout d’abord, l’un des favoris au titre, Jonny Edgar (Trident) a décidé de se retirer du sport automobile (au moins provisoirement), pour raisons médicales. Un choc pour l’un des pilotes les plus prometteurs du championnat, soutenu par Red Bull. Il est remplacé par le Franco-Danois (courant sous licence danoise) Oliver Rasmussen, 3e de Formule Régionale Europe en 2020 mais anonyme 25e de F3 l’an dernier, et qui semblait parti pour de l’endurance nord-américaine cette année. Il a droit à une seconde chance, à lui de la saisir.

L’Américain Juan Manuel Correa (ART) sera absent, mais pas remplacé, en raison d’une fracture « de stress » (ou de fatigue) au niveau du pied gauche.


Chez Charouz, le meilleur pilote du trio, Ayrton Simmons, est remplacé pour raisons financières, par le revenant David Schumacher, fils de Ralf.


Enfin chez Jenzer, Niko Kari (pourtant vainqueur à Imola en F3 en 2016) qui faisait seulement l’intérim à Bahreïn, voit sa place prise par Federico Malvestiti, remarquable (non) 30e de F3 en 2020, et sublime (toujours pas) 16e de Porsche Carrera Cup Italia l’an dernier.

Passons au vif du sujet et à la question qui brûle les lèvres de tous (j’en fais peut-être un peu trop) : est-ce que la saison se résumera à un duel entre Victor Martins et Arthur Leclerc ? Les deux hommes ont déjà pris quelques longueurs d’avance sur le reste du peloton à Bahreïn. Aussi, est-ce que les Prema régleront cette fois leur manque de rythme en qualifications ? Cela avait forcé Bearman et Leclerc à faire des remontées impressionnantes en course par la suite.

Car oui, Bearman est une vraie menace pour Leclerc et Martins. Le jeune rookie britannique de 16 ans n’a pas eu besoin de temps d’adaptation et pointe déjà au 3e rang du championnat.


Les autres rookies voudront confirmer, comme Grégoire Saucy, sur le podium de la course principale, et Isack Hadjar vainqueur de la course sprint. Pour le Suisse et le Franco-Algérien, il s’agira aussi d’éviter les ennuis et les accrochages pour essayer de finir les deux courses du weekend et marquer un maximum de points.

Enfin, que peuvent faire les surprises de Bahreïn et des essais de Barcelone de la semaine dernière ? Je pense notamment à Franco Colapinto, poleman au Moyen-Orient, mais qui avait souffert de la dégradation des pneus. Je pense aux MP Motorsport de Collet, Smolyar et Maini qui, malgré un rythme étincelant, n’ont pas marqué autant de points qu’elles auraient dû.

Le facteur X de ce weekend de F3 ? David Vidales (Campos). Ça peut sembler très surprenant comme choix de pilote, mais l’Espagnol adore ce circuit. Il y avait commencé sa carrière en monoplace en Formula Renault Eurocup en 2020, en gagnant d’entrée de jeu les deux courses du weekend (devant Martins et Collet notamment) pour la petite équipe JD Motorsport. Il avait récidivé en 2021 en s’imposant pour Prema en FRECA (unique victoire de sa saison). Vidales, c’est 46 courses en monoplace pour 3 victoires, toutes 3 à... Imola ! Bref, Vidales et Imola, c’est une belle histoire d’amour, et ça donne donc un pilote à surveiller de très près ce weekend.



Programme FIA F3.

VENDREDI

Essais libres – 09h55

Qualifications – 15h00

SAMEDI

Course 1 – 10h35 – CANAL+ Sport

DIMANCHE

Course 2 – 08h50 – CANAL+ Sport


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook