• T.L.

Pré-Grille Juniors : W Series 2022.


https://twitter.com/f1miami/status/1519328334609620992
https://twitter.com/f1miami/status/1519328334609620992

Après deux premières saisons, successivement remportées par Jamie Chadwick et... Jamie Chadwick, les W Series entament en 2022 leur troisième année d'existence. Une troisième année qui permet à la catégorie de s'encrer encore un peu plus dans le paysage médiatique, et d'asseoir sa stratégie sportive et commerciale sur les années à venir.


Car oui, à défaut de voir un championnat efficace dès sa création (ça partait pourtant d'une bonne intention...), on peut rêver à ce que le modèle économique de la catégorie lui permette de pérenniser sa place dans la pyramide de la monoplace, et de retrouver son objectif initial qui était d'être un véritable tremplin pour les pilotes talentueuses.


Parce que bon, il faut être honnête, une fois de plus, le plateau n'est pas aussi galvanisant que ce qu'il aurait pu être, surtout quand l'on observe à nouveau la présence de pilotes plus proche de la trentaine que de la vingtaine... Pour une catégorie qui se veut "Juniors", ça fait tache...

Des nouveautés ?

Pas ou très peu de changements pour la saison à venir, alors que les promesses étaient pourtant très belles. En effet, cette campagne 2022 devait permettre l'arrivée de véritables équipes, comme c'est déjà le cas dans quasi toutes les autres formules de promotion.


Une direction sportive et économique cruciale pour le bon développement de la catégorie, tant la formule actuelle est mal utilisée. À l'instar de la FFSA Formule 4, une seule structure officielle s'occupe des monoplaces, et c'est la même pour tout le monde. Les pilotes sont tout de même divisées en équipes de deux, mais uniquement pour permettre à des sponsors différents de coller leurs logos sur des voitures de course... On voit alors arriver des crypto-monnaies, lubie du moment, mais aussi Caitlyn Jenner avec sa propre équipe. Puma, équipementier officiel de la série, aura toujours son équipe, la W Series Academy sera aussi présente, entre autres.


Et c'est dommage, car voir des équipes comme Prema, Carlin, MP Motorsport, ART ou Dams, pour ne citer qu'elles, auraient forcément attiré les meilleures pilotes féminines possibles, ou du moins une majorité d'entre-elles. Ces structures veulent des résultats. Les structures fictives des W Series s'en fichent...



Autre promesse qui nous était faite et que l'on n'aura pas : un fonctionnement digne d'une formule de promotion. Il y a surtout un point que les instances dirigeantes des W Series avaient affirmé, et sur lequel elles sont revenues, et c'est pourtant le b.a.-ba des catégories Juniors : pour la troisième saison consécutive, Jamie Chadwick, double championne en titre, est de retour...


C'est une autre raison qui fait grandement souffrir les W Series dans leur quête de crédibilité. Imagine-t-on, Oscar Piastri, champion de Formule 2, refaire une année dans la catégorie ? Imagine-t-on, Dennis Hauger, champion de Formule 3, stopper son ascension pour rester dans un championnat qu'il a déjà gagné ? Imagine-t-on Grégoire Saucy, large vainqueur du championnat de FRECA, rester dans sa zone de confort et aller chercher un nouveau titre qui deviendrait insignifiant ? Non.


Pourtant, Jamie Chadwick revient pour la troisième année consécutive, dans un championnat qu'elle domine et maitrise. Il y a fort à parier qu'elle sera à nouveau sacrée en fin de saison. Mais là s'arrêtent les opportunités des W Series, puisqu'aussi à l'aise soit la Britannique contre ses consœurs, elle est complètement dépassée lorsqu'elle s'aventure plus haut dans la pyramide de la monoplace.



Pour résumer donc, pas de nouveauté importante pour cette saison 2022 de W Series, bien au contraire même, puisqu'au lieu de se tourner vers un rôle de tremplin pour les femmes pilotes de demain, la catégorie s'installe comme une bien pâle catégorie reine de la monoplace féminine...

Les favorites.

À vrai dire, je n'en vois qu'une seule. C'est LA favorite, et vous l'avez devinée, je parle de Jamie Chadwick. Je ne vois pas qui, sur ce plateau de 18 femmes, pourrait venir chiper ce titre promis à la Britannique qui, pour le moment, s'inscrit dans la lignée des meilleurs, et vise sûrement le record codétenu par Michael Schumacher et Lewis Hamilton, de 7 titres. À la différence qu'aucun des deux n'a jamais gagné en W Series... Eh oui...



Pourtant, il ne faut pas croire que la double championne en titre sera première à toutes les courses. Enfin, on l'espère... Et il faudra tout de même compter sur trois autres femmes pour nous faire croire que le titre peut changer de main.


La plus « crédible » est peut-être Alice Powell, autre Britannique du plateau, et respectivement P3 et P2 aux classements 2019 et 2021. Pour cette pilote de 29 ans, la suite logique serait la P1. Mais pour cela, il faudra être d'une régularité folle, et ce, face à la reine de la régularité en W Series.


La troisième n'est autre que la vice-vice-championne 2021, j'ai nommé Emma Kimiläinen. La Finlandaise aura montré quelques belles choses la saison passée, avec notamment une fin de saison très sérieuse, et des arrivées sur les podiums sur toute la seconde partie de l'année. Après une campagne 2019 qui avait été amputée de deux manches, mais qui était tout aussi intéressante, la pilote de 32 ans (aïe...) peut tenter de se mêler à la lutte pour le titre.


Enfin, la dernière habituée du championnat qui pourrait venir s'immiscer dans la lutte, c'est la vice-championne 2019 : Beitske Visser. Je suis tout de même bien moins enthousiaste pour celle qui avait terminé à une triste P8 l'an dernier, sans avoir réussi à décrocher le moindre podium... Mais si elle a réussi à s'imposer parmi les leaders une fois, pourquoi ne le ferait-elle pas une seconde fois...?

Les jeunes louves à surveiller.

On va être honnête, la lutte pour le titre ne s'annonce pas forcément des plus passionnantes... Mais à l'image d'Irina Sidorkova en 2021, que l'on ne reverra malheureusement pas en 2022 en W Series, c'est vers les jeunes pilotes qu'il faudra se tourner pour voir de belles choses.



La plus en vogue, celle que tous les médias vous présentent, n'est paradoxalement pas la première qui nous vient en tête, mais ainsi soit-il. Juju Noda sera très (très) observée cette année. Vendue comme la prochaine pilote de Formule 1 féminine dès son plus jeune âge, elle a fait le bond vers la monoplace il y a désormais 3 ans. Une première saison très correcte, puis une seconde campagne au Danemark très convaincante avec une P6 finale. Elle décide de rester en Formule 4 danoise en 2021, avec un programme plus complet, puisqu'elle double son nombre de course. Elle double presque également son nombre de points, mais se classe P7, soit une place moins bien qu'en 2020.


Mais voilà, cette saison 2022, sûrement la plus importante de sa carrière, commence déjà très mal, puisqu'elle s'est engagée dans un championnat autrichien amateur, et qu'elle a terminé dernière de la première course, contre des monoplaces vieilles de presque 30 ans... Un entourage très nocif qui ne lui ouvre aucune bonne porte, et des espoirs qui semblent déjà s'envoler. Même si l'on sait que certains sont à fond derrière le projet Juju Noda (cc Multi21), nous, on n'est pas convaincu du tout. On espère se tromper...



Personnellement, mes espoirs reposent plutôt sur Bianca Bustamante, jeune pilote philippine de 17 ans. Des espoirs fondés sur une carrière très solide en kart, puisque Bianca Bustamante est triple tenante du titre honorifique de pilote de l'année aux Philippines, et plus concrètement double championne d'Asie de kart, quadruple victorieuse du China Grand Prix Kart Scholarship, et triple vainqueur du Macau International Kart GP. Elle a aussi obtenu une bourse suite au programme FIA Girls on Track.


Cette saison 2022 sera donc celle de ses débuts en monoplace, et force est de constater que son palmarès en kart laisse penser à un hypothétique talent derrière un volant. Il faudra maintenant confirmer, avec une première saison sérieuse, qui pourrait s'accompagner, d'ici 2023, d'une nouvelle saison pour gagner, et pourquoi pas, d'un double programme avec une catégorie plus formatrice encore que les W Series.



Enfin, dernière jeune femme qui débutera et qui pourrait nous surprendre : Chloe Chambers. Cette Américaine de 17 ans entamera en 2022 sa seconde saison en monoplace. Une toute jeune carrière qui l'a déjà amené à piloter dans trois catégories différentes : la F4 américaine, la YACademy Winter Series, et l'Eastern Pro 4 Challenge. Trois catégories de Formule 4, dans lesquelles elle aura fait respectivement 15, 6 et 2 courses, et aura obtenu un podium dans la dernière.


Certes, sur le papier, cela ne fait pas rêver. Mais Chloe Chambers pourra compter sur un bon entourage, et sur les précieux conseils de Jamie Chadwick, qui n'est autre que la meilleure pilote de l'Histoire des W Series. Plus sérieusement, Chloe Chambers peut être sur une belle lancée, et il se peut que l'on aperçoive de belles choses venant d'elle. Affaire à suivre donc...

Les autres...

De nombreuses autres femmes s'aligneront sur les grilles de départ de cette saison 2022, mais, pour être honnête, aucune ne nous transcende réellement... Alors, attention, toutes ne sont pas mauvaises, et certaines pourraient pointer le bout de leur nez dans plusieurs séances, pour aller chercher de gros points, voire des podiums, et peut-être même des victoires, mais ce qui manquera à ces femmes, c'est surtout de la régularité, on ne peut plus importante sur un championnat qui ne compte que 10 courses.



Je pense par exemple à Nerea Marti, pilote espagnole de 20 ans. L'Ibérique reste sur une saison 2021 sérieuse, constamment dans les points, avec un podium en prime. Alors certes, sa régularité est plutôt autour de la P7, P8, plutôt que des places d'honneur, mais c'est déjà un bon début. Il n'est pas impossible que Nerea Marti soit l'une de celles qui s'invitent, de temps à autre, dans le haut du panier.


Idem pour Fabienne Wohlwend, qui nous vient tout droit du Liechtenstein. À la différence de l'Espagnol ci-dessus, Fabienne Wohlwend a été assez irrégulière en 2021, mais compte deux podiums, dont une P2. Il n'y a, à priori, rien de bien excitant chez cette pilote qui devrait plus souvent se battre pour les points que pour les podiums, mais il ne serait pas non plus étonnant de la voir en prendre un ou deux dans la saison.


Abbie Pulling est, selon moi, la dernière qui peut éventuellement s'immiscer dans une lutte pour de gros points. Avec une fin de saison très solide en 2021 (une pole position et une P2), celle qui n'a fait que la moitié des courses cette année-là peut espérer s'emparer de beaux résultats en 2022.



Et puis ensuite, il y a les autres, pour lesquelles nous n'avons aucune attente, soit par leur manque de preuves en déjà deux ans de W Series, soit car elles ont déçu ailleurs, ou n'ont jamais brillé avant d'arriver dans la catégorie. Je pense à Sarah Moore, Marta Garcia, Jessica Hawkins, Belén Garcia, Abbie Eaton et Bruna Tomaselli pour les anciennes de la catégorie, et à Emely de Heus et Tereza Babickova pour les deux dernières nouvelles têtes de cette saison 2022.



Pré-Grille Juniors : W Series.

Tout ce beau monde se retrouvera donc à Miami pour le lancement de la saison 2022 des W Series ! Un tracé tout nouveau, que personne ne connaît, et sur lequel les pilotes auront le plaisir de prendre part à deux courses ! Car comme pour la fin de saison, le format est doublé pour la manche d'ouverture.



Sportivement, il est très difficile, si ce n'est impossible, de dégager une hiérarchie. Entre celles qui ont un temps d'adaptation plus long que les autres, celles qui au contraire seront très vites à l'aise, et celles qui constitueront la moyenne de ce plateau, on risque d'avoir de sacrés écarts, sur un circuit assez long, et très peu pensé pour les W Series. On espère voir de la bataille, histoire de pimenter les deux courses qui risquent d'être remportées par Jamie Chadwick. Oups... Ouais, pardon, mais on est vraiment persuadé qu'elle va être sacrée...



Programme.

VENDREDI

Essais libres – 22h00

SAMEDI

Qualifications – 15h10

Course 1 – 20h30 – (Rediffusion à 22h45 sur CANAL+ Sport)

DIMANCHE

Course 2 – 16h35 – (Rediffusion à 19h15 sur CANAL+ Sport)



Le pronostic.

Jamie Chadwick. Sérieusement, vous voyez qui d'autre ? Ce sera elle. Et ça fera très mal aux W Series que la même femme remporte la catégorie trois fois de suite. En espérant que ce soit la dernière fois...


Je pense qu'Alice Powell sera à ses trousses tout au long de la saison, mais sans jamais parvenir à lui faire peur, ou à endosser réellement un rôle de favorite. J'imagine que la troisième sera une surprise, et comme j'ai envie croire en Bianca Bustamante, je vais la placer sur la dernière marche du podium.


Pour le reste, je n'en ai aucune idée... Il peut se passer tout et n'importe quoi, et l'un dans l'autre, c'est peut-être ce qui peut sauver cette saison de W Series...


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook