• T.L.

Vainqueur au Mans, pas en Formule 1.


FORMULA.
FORMULA.

Bien que pour nous le sport automobile roi reste la Formule 1, en tant que passionnés, nous sommes bien obligés de constater que les 24h du Mans restent la plus grande course du monde. Véritable institution depuis sa toute première édition en 1923, elle attire chaque année les meilleurs pilotes de la planète, avec un objectif commun : être le premier à réaliser le double tour d'horloge. Les pilotes de Formule 1 n'y font pas exception, et depuis que l'épreuve existe, 65 d'entre eux se sont imposés au Mans. Certains avant de briller en Formule 1, certains pendant leur période en catégorie reine, et d'autres pendant une retraite loin d'être reposante. Certains ont ajouté cette épreuve mythique à leur palmarès déjà riche, d'autres n'ont gagné que dans la Sarthe. Ce sont ceux-là qui vont nous intéresser aujourd'hui, à quelques jours de la célèbre course.

Mesdames et Messieurs, je vous propose donc de plonger avec moi dans l'Histoire des 24h du Mans, pour découvrir ces pilotes victorieux au Mans, pas en Formule 1.



Victorieux mais pas champion.

Pour reprendre une formule bien connue de notre ami Jules de la chaîne Le Circuit, douze pilotes ayant évolué en Formule 1 se sont également illustrés en gagnant au moins une course au Mans et en catégorie reine, sans pour autant aller décrocher une couronne mondiale.


Parmi eux, le tout premier équipage à réaliser cette performance fut composé de José Froilán González, victorieux à deux reprises en Formule 1 (Silverstone 1951 et 1954), et de Maurice Trintignant, victorieux deux fois à Monaco en 1955 et 1958. Le duo s'imposait alors en 1954, au volant d'une Ferrari.


Parmi les noms célèbres qui se classent dans cette catégorie de victorieux au Mans et en Formule 1, on peut citer Bruce McLaren, quatre fois vainqueur de Grand-Prix dont une fois avec sa propre voiture, et récompensé dans la Sarthe en 1966, Dan Gurney, comptant autant de victoires et succédant au Néo-Zélandais, ou encore Pedro Rodriguez, légende du sport automobile mexicain qui donnera son nom au circuit de Mexico, double vainqueur de Grand-Prix, et vainqueur des 24h du Mans 1968. Tous ceux-là auront d'ailleurs gagné l'épreuve sur une Ford GT40.


En ce qui concerne nos francophones, on a parlé de Maurice Trintignant, mais il n'est pas le seul. En effet, il a été rejoint en 1980 par Didier Pironi, après sa victoire au Grand-Prix de Belgique, déjà récompensé au Mans en 1978, aux côtés de Jean-Pierre Jaussaud, double vainqueur et figure emblématique de Renault-Alpine qui nous a quitté récemment. Mais celui avec le palmarès le plus impressionnant reste inévitablement Jacky Ickx, qui verra six victoires aux 24h du Mans (1969, 1975, 1976, 1977, 1981, 1982) s'ajouter à une liste longue de huit Grand-Prix gagnés en 116 courses de Formule 1, d'une victoire au Bathurst 1000 de 1977 et d'un triomphe au Dakar 1983.


Plus récemment, on peut évoquer Jochen Mass en 1989, qui aura connu le succès en Formule 1 en 1975, Johnny Herbert en 1991 entre deux Grand-Prix dans une année où il n'aura participé qu'à sept courses, et Michele Alboreto, vice-Champion du Monde 1985, victorieux au Mans en 1997 aux côtés de M. Le Mans himself : Tom Kristensen. A cette liste s'ajoutent d'autres vainqueurs de Grand-Prix : Ludovico Scarfiotti, vainqueur d'un Grand-Prix en 1966 et du Mans en 1963 avec comme équipier Lorenzo Bandini vainqueur d'un Grand-Prix en 1964.



Au Mans ? Oui. En Formule 1 ? Non.

Si vous vous intéressez à la Formule 1, vous n'êtes pas sans savoir que tout a vu le jour à Silverstone en 1950, quand la toute première course du Championnat du Monde de Formule 1 était programmée. A ce moment-là, on comptait d'ores-et-déjà trois pilotes victorieux au Mans : Raymond Sommer, double vainqueur en 1932 et 1933, Philippe Etancelin victorieux en 1934, et Eugène Chaboud, triomphant en 1938. Et tous les trois français ! Trois autres allaient par la suite s'imposer au Mans : Louis Rosier (encore un Français) à peine un mois après ses débuts en Formule 1, et le duo Peter Walker/Peter Whitehead en 1951. Mais aucun d'entre eux ne réussit à remporter un Grand-Prix de Formule 1 comptant pour le Championnat du Monde. Tout comme 48 autres pilotes dans le même cas. Oui, c'est beaucoup.


Dans cette liste assez impressionnante, on retrouve des noms très connus, de par leur attachement à l'Histoire de la Formule 1, d'autres célèbres grâce à leurs exploits dans d'autres disciplines, et certains simplement parce qu'ils étaient encore sur la grille de départ il n'y a pas si longtemps que ça...


Pour les légendes de la discipline, on peut citer Helmut Marko, victorieux au Mans en 1971, la même année que ses débuts en Formule 1, ou encore Martin Brundle, devenu journaliste outre-manche après 158 départs et une victoire au Mans en 1990.


Parmi ceux qui se seront fait un immense nom par leurs exploits ailleurs que dans un baquet de Formule 1, on peut citer la légende française Henri Pescarolo, quadruple vainqueur du Mans (1972, 1973, 1974, 1984) avec tout de même 57 départs de Grand-Prix à son actif. Carroll Shelby, vainqueur au Mans en 1959 et célèbre pour ses voitures éponymes est un autre nom de cette liste, tout comme Lucien Bianchi, grand-oncle de Jules Bianchi qui aura lui aussi connu un destin tragique en se préparant pour la course qu'il avait gagné en 1968, Derek Bell, bien plus célèbre en endurance qu'en Formule 1, avec cinq éditions du Mans remportées (1975, 1981, 1982, 1986, 1987), et deux Bathurst 1000 (1977, 1981), Yannick Dalmas, quadruple vainqueur en 1992, 1994, 1995, et 1999, comptant 24 départs de Grand-Prix, Allan McNish, double vainqueur au Mans (1998 et 2008), quatre fois vainqueur des 12h de Sebring entre 2004 et 2012, et trois fois vainqueur des American Le Mans Series (ALMS) en 2000, 2006 et 2007, ou encore Emanuele Pirro, quintuple vainqueur des 24h du Mans (2000, 2001, 2002, 2006, 2007), vainqueur dans sa catégorie en 2003, double champion ALMS en 2001 et 2005, double vainqueur du Grand-Prix de Macao DTM en 1991 et 1992, etc.


On retrouve aussi des noms connus pour ceux qui suivent la Formule 1 depuis maintenant quelques années : Alexander Wurz, vainqueur des éditions 1996 et 2009 des 24h du Mans, entre lesquelles il aura participé à 69 Grand-Prix de Formule 1. Plus récemment encore ; Nico Hulkenberg, vainqueur du Mans en 2015, Brendon Hartley, double vainqueur en 2017 et 2020 et Champion du Monde WEC en 2015 et 2017, Kazuki Nakajima, pilote de Formule 1 de 2007 à 2009 et triple vainqueur du Mans en 2018, 2019 et 2020, aux côtés notamment de Sebastian Buemi, également triple vainqueur, Champion du Monde de Formule-e lors de la saison 2015-2016, Champion du Monde WEC en 2014 et en 2018-2019, et actuellement leader de ce même championnat.


Pêlemêle on retrouve en plus de tous ceux-là : Hermann Lang (1952, 2 GP), Tony Rolt (1953, 3 GP), Duncan Hamilton (1953, 5 GP), Ivor Bueb (1955 et 1957, 5 GP), Ron Flockhart (1956 et 1957, 13 GP), Olivier Gendebien (1958, 1960, 1961, 1962, 14 GP), Roy Salvadori (1959, 47 GP), Nino Vaccarella (1964, 4 GP), Masten Gregory (1965, 38 GP), Mario Kart (rien à voir, c'est un jeu vidéo ça... C'est pour voir si vous suivez), Chris Amon (1966, 96 GP), Jackie Oliver (1969, 50 GP), Richard Attwood (1970, 16 GP), Gijs van Lennep (1971 et 1976, 8 GP), Gérard Larrousse (173 et 1974, 1 GP), Vern Schuppan (1983, 9 GP), Paolo Barilla (1985, 9 GP), Hans-Joachim Stuck (1986 et 1987, 74 GP), Gran Tourismo (pareil c'est un jeu aussi, toujours pour m'assurer que vous soyez encore là), Jan Lammers (1988, 23 GP), Johnny Dumfries (1988, 15 GP), Betrand Gachot (1991, 47 GP), Derek Warwick (1992, 147 GP), Mark Blundell (1992, 61 GP), Mauro Baldi (1994, 36 GP), J. J. Lehto (1995 et 2005, 62 GP), Stefan Johansson (1997, 79 GP), Pierluigi Martini (1999, 118 GP), David Brabham (2009, 24 GP), et Marc Gené (2009, 36 GP).



Une performance rarissime.

Ainsi, on dénombre en tout une soixantaine de pilotes qui ont pris part à une manche officielle du Championnat du Monde de Formule 1 et qui ont pu s'imposer au Mans. Un chiffre assez important tout de même, quand l'on sait que les 24h du Mans ont à peine moins de 100 ans, et qu'en moyenne ce sont 2 pilotes qui sont désignés vainqueurs. Un rapide calcul mental nous permet donc de voir qu'environ 1 vainqueur sur 4 a également été pilote de Formule 1. Mais cela ne doit pas pour autant minimiser les exploits que sont une victoire au Mans, une participation à un Grand-Prix de Formule 1, et une victoire en Grand-Prix. Seul douze pilotes ont réussi à réunir ces trois exploits. Et seuls cinq ont réussi à être titrés Champion du Monde de Formule 1 et vainqueur au Mans.


Le tout premier fut Mike Hawthorn, Champion du Monde de Formule 1 en 1958 et vainqueur en 1955 des 24h du Mans, lors de la course la plus noire que le sport automobile mondial n'ai jamais connu. Il a ensuite été suivi par Phil Hill, Champion du Monde 1961 et triple vainqueur dans la Sarthe en 1958, 1961 et 1962. Jochen Rindt s'imposait au Mans en 1965 avant de perdre la vie lors de la saison 1970, et d'être à ce jour le seul Champion du Monde à titre posthume. Graham Hill, seul détenteur de la Triple Couronne, aura été sacré mondialement en 1962 et 1968, deux titres entre lesquels il aura remporté l'Indy 500 (1966), avant de s'imposer aux 24h du Mans 1972. Enfin, le dernier à rejoindre ce cercle très fermé n'est personne d'autre que Fernando Alonso, double Champion du Monde en 2005 et en 2006, et double vainqueur du Mans en 2018 et 2019.


De plus en plus cet exploit de gagner au Mans et en Formule 1 sera très difficile à atteindre. Pourquoi ? Simplement car les pilotes se spécialisant de plus en plus vers une catégorie ou une autre. A l'époque, énormément de pilotes faisaient la bascule entre monoplace et GT, une chose qui est bien plus difficile de nos jours à cause des contrats, de la sécurité, et des attentes qui planent autour des pilotes.


Cette édition 2021 des 24h du Mans en est un parfait exemple, puisque dans la catégorie la plus élevée qui prendra le départ de la course (Hypercar), seul Kamui Kobayashi peut prétendre à rejoindre le cercle des pilotes de Formule 1 ayant remporté l'épreuve de la Sarthe. Cette catégorie sera tout de même complétée par des noms connus, déjà vainqueurs au Mans, et cités au-dessus. D'autres pourront remporter leurs catégories respectives : Kevin Magnussen, Paul di Resta, Giedo Van der Garde, Stoffel Vandoorne, Roberto Merhi, Anthony Davidson, Will Stevens, Felipe Nasr, etc, tous en LMP2. Mais pour autant, aucun ne devrait s'imposer au classement général. Enfin, seuls trois vainqueurs de Grand-Prix de Formule 1 seront alignés au départ : Juan Pablo Montoya (LMP2, 7 victoires en F1), Giancarlo Fisichella (LMGTE Am, 3 victoires en F1), et Robert Kubica (LMP2, 1 victoire en F1).


Il se pourrait bien que malgré tout ça, quelques pilotes tentent de s'essayer à l'endurance et aux 24h du Mans dans les années à venir, ou à la fin de leur carrière en monoplace. C'est une envie qui s'est matérialisée chez de nombreux pilotes de Formule 1, Formule 2 et même Formule 3 au mois de Mars dernier, en plein confinement, quand des épreuves virtuelles ont été organisées. On peut alors parler des 24h du Mans Virtuelles, remportées d'ailleurs par Louis Déletraz, alors pilote de Formule 2. Et du virtuel au réel, il n'y a presque qu'un pas...


PARTENAIRES.png
LOGO BLABLA 3.png
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • Facebook